Plusieurs défaillances de câbles sous-marins ralentissent l’accès internet en Afrique

Les pays de la côte de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et du Sud souffrent de la lenteur de la connexion Internet qui a commencé jeudi. La situation est restée instable vendredi.


Les rapports indiquent que l’accès à la téléphonie mobile est également partiellement affecté par la panne qui a été déclenchée par les coupures de deux câbles sous-marins majeurs le long de la côte ouest-africaine.

Le système de câble ouest-africain (WACS) subit une défaillance qui a causé la perte de connectivité des principales sociétés de télécommunications et des fournisseurs de services Internet.

Le WACS relie certaines parties du continent africain au Royaume-Uni et au câble sous-marin SAT-3/Wasc (South Atlantic 3/West Africa) qui s’étend jusqu’au Portugal et à l’Espagne.

« La double rupture inhabituelle et simultanée du câble a eu pour conséquence que les consommateurs connectés aux clients d’Openserve opérant à l’échelle mondiale, ont connu une réduction de la vitesse de navigation internationale. Les appels vocaux internationaux et l’itinérance mobile ont également été touchés », a déclaré Openserve dans un communiqué jeudi.

« Openserve apprécie la patience de tous les clients affectés et de leurs clients car les réparations de l’infrastructure du câble sous-marin sont complexes et peuvent prendre beaucoup de temps. »

Selon les rapports, le groupe français Orange n’est pas affecté par les perturbations. Au Ghana par exemple, les services de Vodafone n’ont pas été affectés tandis que le plus grand opérateur, MTN, a fait état de problèmes.

La situation est la même au Cameroun, en République du Congo et en République démocratique du Congo. Le problème s’étend plus loin en Angola, en Namibie et dans certaines parties de l’Afrique du Sud.