ULTIMATUM DU COLLECTIF ÑO LANK : SEYDOU GUÈYE MINIMISE

Seydou Gueye, le ministre conseiller en Communication du président, Macky Sall, avertit ceux qui menacent de marcher sur le Palais. Interrogé par Vox populi, il dit mettre l’ultimatum lancé de marcher sur le Palais du collectif “ño lank” (nous refusons, ndlr), « sur le compte de l’ivresse euphorique ou du ’’jambarisme’’ juvénile. »

Poursuivant, il martèle : « Il faut séparer la bonne graine de l’ivraie, explique-t-il. En effet, parmi ces manifestants, beaucoup sont des politiciens qui s’agrippent à toutes sortes de bouées pour avoir tant soit peu de d’existence médiatique. Le président Macky Sall ne peut pas être pris à défaut au regard de son bilan social. Les Sénégalais ont bénéficié depuis 2012 d’une ambitieuse politique de baisse des prix de denrées de grande possession y compris l’électricité. Il a stabilisé les prix sur une très longue période. En réalité, le président Macky Sall a toujours protégé les ménages, à son corps défendant, contre les nombreux chocs exogènes, qui ont sensiblement impacté les cours du pétrole ces dernières années. Mieux, il a procédé à une baisse historique de 10% sur la facturation de l’électricité en 2017, alors que dans d’autres pays, les prix étaient revus à la hausse. Tels sont les faits. Toute autre représentation de la réalité n’est qu’affabulation. Malheureusement certains de nos compatriotes sont abusés par ces politiciens encagoulés. »

S’agissant des querelles internes virant aux déballages qui secouent son parti, l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir), il retient : « Dans le cadre du parti, seule la défense de l’intérêt de notre pays par la vulgarisation de nos politiques publiques et la vision du Président Macky Sall, méritent de cristalliser nos énergies si nous voulons lui être utiles et faire avancer le projet collectif. (…) Attendre que le président siffle la fin de la récréation pour rentrer dans les rangs ne semble pas correspondre à la bonne attitude pour consolider la fraternité ou la camaraderie. Nous devons être dans une éthique de responsabilité pour nous retrouver autour des valeurs de solidarité, de respect réciproque et de générosité dans l’effort qui nous valu les grandes victoires du passé encore nous donner un avenir glorieux. Nous ne devons pas décevoir les Sénégalais ou les exaspérer ».