Adama Bâ rumine sa colère 7 années durant et se venge en sectionnant le bras de son antagoniste

Prison prisonnierL’OBS – Deux ans ferme. C’est la peine écopée, mercredi dernier, par le prévenu Adama Bâ lors de son procès devant le tribunal correctionnel de Louga pour coups et blessures volontaire. A l’aide d’un coupe-coupe, il avait  sectionné le bras de son antagoniste, Sidi Kâ, en représailles d’une vieille bagarre qu’ils ont eue il y a 7 ans.

C’est avec un bras droit sectionné et dissimulé sous un boubou traditionnel que Sidi Kâ,  frêle jeune homme, s’est présenté, mercredi dernier, à la barre du tribunal correctionnel de Louga, pour en découdre avec son adversaire du jour, le prévenu Adama Bâ. Leur différend du moment porte sur des faits de coups et blessures volontaires (Cbv), ponctués par 60 jours d’Incapacité temporaire de travail (Itt).

Cependant, les débats d’audience contradictoire ont permis au tribunal et à l’assistance de comprendre que le différend qui oppose ces parties porte sur une bagarre vieille de 7 ans. A l’époque, les deux belligérants  qui habitent tous le village de Mawel (département de Linguère) s’étaient affrontés au cours d’une violente bagarre. Il a fallu l’intervention de tiers pour les ramener à la raison. Depuis, les deux antagonistes se regardaient en chien de faïence. Seulement, pour leurs proches, leur antagonisme allait s’estomper à la faveur des années qui ont passé. Que nenni ! Sidi Ka qui était de cet avis va apprendre à ses dépens qu’Adama Bâ, qui lui en voulait à mort, ruminait toujours sa colère.

Le 29 novembre dernier, les deux hommes se retrouvent dans l’ambiance festive d’un mariage célébré dans leur contrée. Au terme de cette célébration, Sidi Ka qui regagnait son domicile est soudainement interpellé par son adversaire. L’air menaçant d’Adama Bâ le renseigne sur les intentions belliqueuses de celui-ci. Sans somation, Adama Bâ brandit son coupe-coupe et lui assène un violent coup au bras droit. Sous le poids de la violence du coup porté, Sidi Ka s’est retrouvé avec ce bras littéralement sectionné. Il s’est affalé, gisant dans une mare de sang. Secouru, il a été évacué d’urgence au centre de santé de Darha Djolol où il a bénéficié d’une Itt de 60 jours. Muni de ce document, Sidi Ka a attendu de se remettre de sa mésaventure pour saisir les pandores de Darha Djolof d’une plainte portant coups et blessures volontaires, déposée le 9 décembre suivant. Adama Bâ a ainsi été cueilli, puis déféré au parquet de Louga, par les gendarmes.

A la barre du tribunal correctionnel de Louga, le prévenu belliqueux s’est confondu en excuses, soutenant avoir agi sous l’emprise de Satan. Il a, en sus, imploré la clémence du tribunal et de sa victime. Au cours de son réquisitoire, le parquet a requis 5 ans ferme à son encontre, soutenant que le prévenu qui à prémédité son acte a rendu infirme à jamais le plaignant. Vidant ce dossier, le tribunal a condamné Adama Bâ à 2 ans ferme, assortis de la somme de 2 millions de FCfa à verser à la victime.

Abdou MBODJ

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*