Administration de la Maison de la presse : Bara Ndiaye prend les commandes

Administration de la Maison de la presse Bara NdiayeBara Ndiaye, ancien journaliste à Canal Info a été officiellement installé hier à la tête de la Maison de la presse sénégalaise. Il promet d’opérationnaliser cet outil qui va renforcer la liberté d’expression et les capacités des hommes de médias.

C’est officiel, Bara Ndiaye est le directeur de la Maison de la presse sénégalaise. Il a été installé hier par le secrétaire d’Etat chargé de la Communication, Yakham Mbaye. A l’image des avocats, des travailleurs, des artistes entre autres, la presse sénégalaise dispose désormais de sa propre maison.

Cet outil devra contribuer à son développement. A peine installé, son administrateur général a dégagé ses priorités à la tête de celle-ci. Il s’agit, indique Bara Ndiaye «de l’opérationnalisation de la Maison de la presse pour en faire un cadre de rencontres, d’épanouissement mais également un outil qui va contribuer à accompagner la presse de manière générale dans des activités de production, de documentation et de renforcement de capacités».

«Conformé­ment à la vision du président de la République, notre travail s’articulera autour de cela», a souligné M. Ndiaye. Convaincu que sa simple personne ne suffira pas pour faire le travail attendu par toute une corporation, Bara Ndiaye va entamer sans délai des concertations avec tous les acteurs de la presse. 

«Il est nécessaire que chacun s’y mette pour pouvoir relever les défis», a indiqué l’administrateur de la Maison de la presse. Il poursuit : «Je crois que cette maison doit servir à la presse et je suis convaincu qu’elle servira à la presse». De son côté, le secrétaire d’Etat en charge de la Communication a émis son souhait de voir cet outil servir de retrouvailles à tous les segments de la presse sénégalaise.

«Qu’il soit la maison de la presse, des journalistes, des techniciens de la communication, de tous ceux qui œuvrent pour la consolidation de la liberté d’expression, la consolidation de la presse au Sénégal», a confié Yakham Mbaye. Sur la nomination de Bara Ndiaye qui a suscité un débat dans les médias, M. Mbaye dira : «Nous sommes convaincus qu’il conduira cette mission avec beaucoup de succès. La mission que le Président Macky Sall lui a assigné, c’est que cette maison de presse soit l’outil de tout le monde». 

Le secrétaire d’Etat en charge de la Communication s’est surtout gardé de commenter les critiques à l’endroit de Bara Ndiaye. Toutefois, il accorde à ceux qui pensent autrement, la liberté de s’exprimer et de dire ce qu’ils pensent. Conscient de l’importance de l’outil qui lui est confié, Bara Ndiaye, quant à lui, estime que la presse sénégalaise a des questions hautement plus importantes à poser que sa simple personne.

«Il est question pour moi de me mettre d’abord au travail pour mériter la confiance et participer à cette ambition des autorités publiques, de doter le Sénégal d’une presse de qualité, capable de prendre en charge sa mission dans l’édification d’une société démocratique. Toutes proportions gardées, c’est ce qu’il y a de plus important pour moi, et c’est en cela que je m’emploierai à travailler pour contribuer à ma manière mais aussi conformément à la vision des autorités qui m’ont confié cette maison de la presse», a-t-il servi.

Patrons de presse et syndicats zappent la cérémonie
Les patrons de la presse sénégalaise ont zappé la cérémonie d’installation de l’administrateur général de la Maison de la presse. De la presse écrite à la télévision en passant par la radio et la presse en ligne, ils ont tous brillé par leur absence. Le Synpics et le Cored non plus n’ont été de la rencontre. Pour cause, souligne-t-on, cette nomination aurait une «coloration politique» et que la personne nommée n’a pas assez d’expérience pour occuper ce poste. D’ailleurs, le secrétaire général du Synpics avait fait une sortie pour regretter cette nomination.

«Le gouvernement veut mettre les professionnels d’information devant le fait accompli, je le regrette sincèrement d’autant plus que nous avions dit que le fait de choisir quelqu’un qui a une coloration politique pour lui confier la direction de la Maison de la presse est une aberration» avait dit le Sg du Synpics, Ibrahima Khaliloulah Ndiaye.  

Invité à se prononcer sur ce boycott très évocateur, Bara Ndiaye affirme que ce qui est important n’est pas sa propre personne. «Je crois que nous avons ensemble des pistes de réflexion que nous avons dégagé, il s’agit de poser la problématique du développement de la presse d’une manière générale, voir quel est la meilleure manière, dans le cadre du dynamisme collectif de travailler pour le renforcement de l’environnement socio économique des médias, la précarité de l’emploi au niveau des rédactions. Ce sont des questions qui doivent nous intéresser.

Mais telle personne a été nommée directeur de la maison de la presse, telle autre a une coloration politique, je crois que c’est avoir une lecture plus ou moins injuste de la question», a-t-il commenté. «Soyons positif et je demande au Synpics et à tous ceux qui pourraient être amenés à dévier du chemin de la réflexion, de nous attendre sur le chemin des résultats et je souhaite qu’on nous juge sur ce que nous ferons», invite-t-il. 

Khady SONKO et Mathilde Rama BALDE

ksonko@lequotidien.sn & (stagiaire)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*