Affaire de la drogue à la police, Jean Paul Dias exige la mise à l’écart des personnes impliquées dans cette affaire.

L’affaire de la drogue qui secoue la police nationale continue d’alimenter les débats. De réactions en réactions, de commentaires en commentaires, les avis divergent. La dernière réaction, et non des moindres, celle de Jean Paul Dias.Jean-Paul-Dias

Le premier Secrétaire du Bloc des Centristes Gaindé invité de l’émission politique “Face à Face” de Radio Sénégal (Radio publique), évoque par là un problème de crédibilité et d’autorité. Poursuivant sa thèse et se disant très surpris  du déroulement de cette affaire, l’ex-compagnon de Wade de faire savoir qu’il s’agit de prendre des mesures préventives et d’exiger la mise à l’écart pure et simple de toutes les personnes impliquées dans cette affaire. Pour Jean Paul Dias, il y a eu un laxisme dans cette affaire.  Il s’agit a-t-il préconisé de faire toute la lumière sur cette affaire qui, rassure-t-il toutefois, ne va pas pour autant impacter sur l’image de notre pays.

Toujours sur les ondes de Radio Sénégal et sur une autre polémique, concernant cette fois-ci l’affaire Hissene Habré, le patron du Bcg s’est dit gêner. Gêné, parce que, explique-t-il, le Sénégal est, historiquement un pays de refuge. L’ancien président tchadien selon Dias, qui s’est marié à une Sénégalaise, est plus qu’un étranger au Sénégal.

Donnant l’exemple de l’Afrique du Sud, avec Nelson Mandela, avec sa fameuse commission vérité et réconciliation, Jean Paul Dias d’appeler les africains à plus de réflexion avant le jugement de Habré. Pour cela, il a proposé la mise en place d’une commission vérité et réconciliation et une indemnisation des victimes de l’ex-homme fort de Njaména.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*