Affaire Hissène Habré: Accusations tous azimuts: intox ou fondées ?

Suite à l’interpellation de l’ancien Président tchadien Hissène Habré, le procureur Mbacké Fall, de la chambre d’instruction des chambres africaines extraordinaires, tribunal spécial créé pour juger Habré, s’était empressé de tenir une confèrence de presse. Le procureur justifiait l’interpellation, un dimanche, de l’ancien dictateur tchadien, par le fait que ce dernier détenait dans sa résidence des mamelles, des armes de guerre.rewmi

Un réfugié politique, de surcroit, détenir des armes de guerre, est très grave. Mais là ou le bât blesse, depuis les déclarations du procureur Mbacké Fall, ni le ministre de l’intérieur, garant de la sécurité nationale, ni le ministre de la justice, n’ont confirmé, ni infirmé ces accusations. Pire, aucune enquête n’a été diligentée par les services de police ou de gendarmerie.

Un autre fait grave aussi : l’un des avocats d’Hissène Habré, Me El Hadj Diouf, lors d’une conférence de presse, sur l’inculpation de son cli