AFFAIRE KEKOUTA SIDIBE 2 ans planent sur la tête des quatre gendarmes auxiliaires cités

Kékouta SidibéLes quatre gendarmes auxiliaires inculpés dans la mort de Kékouta Sidibé risquent de subir le même sort que leur supérieur hiérarchique, le Mdl-Chef Amath Bassine Diop condamné à deux ans de prison ferme pour coups mortels.

Incarcérés suite à la mort de Kékouta Sidibé, un sourd-muet tué lors de son arrestation, Cheikh Tidiane Diallo, Abdoulaye Diallo, Ibrahima Diouf et Sadio Traoré Danfakha ont fait face au Tribunal militaire ce jeudi 26 juillet.

Face aux juges ce vendredi 26 juillet 2013, les quatre gendarmes auxiliaires ont clamé leur innocence. Ils ont évoqué la thèse de l’accident en soutenant qu’au moment de son arrestation, Kékouta Sidibé s’est rebellé. Et au cours de son acheminement, sa tête a cogné la ridelle de la voiture.

Entendu pour de simples renseignements, l’ex-adjoint au Commandant de brigade de Kédougou actuellement en prison pour deux ans à la suite de cette affaire, a soutenu que ni lui ni ses éléments ont levé la main sur la victime.

Mais les différents témoins ont avancé la thèse de la torture. Balla Keïta et Bangougou Mady Traoré retrouvés dans la case où était Kékouta, ont indiqué que dès que ce dernier est entré, le Mdl-chef l’a plaqué au sol avant de s’acharner sur lui. Tous ont renseigné que Kékouta a été tabassé, ligoté et « jeté » dans le véhicule des gendarmes.

C’est fort de ces éléments que le conseil de la partie civile a réclamé la somme de 50 millions de dommages et intérêts.

La représentante du parquet est convaincue que Kékouta a été simplement battu à mort à cause de sa désobéissance a requis deux ans ferme contre les prévenus.

La défense a laissé entendre qu’il y a un problème d’imputabilité des faits avant de plaider la relaxe pure et simple. Délibéré le 27 septembre prochain.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*