Afrique du Sud: le budget de la lutte contre la criminalité en hausse de 30 milliards

Des policiers sud-africains à Pretoria lors d’une manifestation en hommages aux travailleurs tombés à Marikana en août 2012. Alexander Joe / AFP/Archives
Des policiers sud-africains à Pretoria lors d’une manifestation en hommages aux travailleurs tombés à Marikana en août 2012. Alexander Joe / AFP/Archives
Des policiers sud-africains à Pretoria lors d’une manifestation en hommages aux travailleurs tombés à Marikana en août 2012. Alexander Joe / AFP/Archives

En Afrique du Sud, la criminalité a atteint «des niveaux inacceptables». C’est le ministre sud-africain des finances, Nhlanhla Nene qui l’a indiqué tout en annonçant que le gouvernement a décidé d’augmenter ses dépenses réservées à la lutte contre ce phénomène.

Dans son discours sur le budget national lors d’une séance commune de l’Assemblée nationale et du Conseil national des provinces, Nhlanhla Nene a indiqué qu’il est question pour la nation Arc-en-ciel de faire face à des niveaux inacceptables de criminalité.

«Les dépenses du gouvernement sur le maintien de l’ordre, la sécurité et la défense publique vont donc continuer à augmenter, passant de 163 milliards de rands (environ 14,2 milliards de dollars) cette année à 193 milliards de rands avant 2017/18 », a déclaré M. Nene.

Pour le ministre sud-africain des finances, les services de police reçoivent environ 48% de l’allocation totale, tandis qu’un montant total de 492 millions de rands a été reprogrammé pour améliorer l’accès à la justice à moyen terme.

Nhlanhla Nene a également expliqué que les allocations supplémentaires ont été apportées à la protection du public et au centre de renseignement financier pour accroître leur capacité en ressources humaines.

Pendant ce temps, la force de défense de l’Afrique du Sud continuera à être déployée pour sauvegarder les frontières et pour assister dans les opérations de maintien de l’ordre dans plusieurs zones de conflit.

La disposition budgétaire pour la sauvegarde de la frontière et la sécurité régionale s’élèvent respectivement à 2,8 milliards de rands et 4,5 milliards de rands, au cours des trois prochaines années.

Le ministre a également rappelé que le budget comprend également 834 millions de rands pour l’accès des anciens combattants à des services de soins de santé et de logement.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*