Afrique du Sud: le choc après l’assassinat de Senzo Meyiwa, capitaine des Bafana

Le capitaine et gardien de but de l’Afrique du Sud Senzo Meyiwa a été assassiné dans la journée à Vosloorus
Le capitaine et gardien de but de l’Afrique du Sud Senzo Meyiwa a été assassiné dans la journée à Vosloorus
Le capitaine et gardien de but de l’Afrique du Sud Senzo Meyiwa a été assassiné dans la journée à Vosloorus

L’Afrique du Sud vivait lundi comme un drame national la mort de Senzo Meyiwa, capitaine de l’équipe nationale de football, assassiné la veille lors d’un cambriolage qui a mal tourné, comme cela arrive quasi-quotidiennement dans ce pays miné par la violence.

«Les mots ne peuvent pas exprimer le choc que ressent la nation», a déclaré le chef de l’Etat Jacob Zuma dans un communiqué lundi matin. «Le pays pleure», a fait écho Dennis Mumble, haut responsable de la Fédération sud-africaine de Football (SAFA).

A la mi-journée, la chef de la police nationale a convoqué une conférence de presse retransmise en direct à la télévision, pour donner le signalement de deux des cambrioleurs, des hommes âgés d’une petite trentaine d’année.

Le gardien de but international passait la soirée chez sa petite amie Kelly Khumalo, une star de la chanson, en compagnie de cinq autres personnes. Deux hommes ont fait irruption dans la maison pour exiger les téléphones portables des convives. Un troisième homme est resté à l’extérieur. Une altercation a éclaté, et l’un des agresseurs a tiré sur le jeune sportif, a expliqué Riah Phiyega.

«Un téléphone portable a été emporté», a-t-elle précisé.

Les enquêteurs travaillaient lundi à établir des portraits robots des agresseurs, qui devaient être diffusés par les médias dès que possible. La police a lancé un appel au public et promis une récompense de 250.000 rands (18.000 euros) à quiconque donnera une information permettant d’arrêter l’assassin.

Le choc dans le pays est d’autant plus ressenti que chacun, en Afrique du Sud, sait qu’il peut un jour être la victime d’un acte semblable.

Les dernières statistiques officielles divulguées en septembre font état d’une recrudescence pour la deuxième année consécutive du nombre de meurtres, à près de 47 par jour, pour une population de 53 millions d’habitants.

Alors que la moyenne mondiale se situe entre 6 et 7 homicides par an pour 100.000 habitants, selon le bureau des Nations unies contre la criminalité et la drogue (UNODC), l’Afrique du sud enregistre un taux de 32,2 homicides pour 100.000 habitants. Les morts violentes lors de cambriolages ou de carjacking sont fréquentes.

Brassard de capitaine

Après avoir passé le début de sa carrière dans un relatif anonymat, Meyiwa venait d’exploser au plus haut niveau, à 27 ans, avec son club des Orlando Pirates — finaliste de la dernière ligue des champions d’Afrique — où il avait pris la place de numéro un dans les buts.

Le club a également donné une conférence de presse télévisée lundi, où était invité le sélectionneur national Shakes Mashaba, qui a refoulé ses larmes durant son vibrant hommage à son gardien de but.

Le président de la Fifa Joseph Blatter a réagi sur son compte twitter en exprimant une «pensée pour les familles, les joueurs et les supporteurs» de la sélection sud-africaine et des Orlando Pirates. «Pensées aux familles, joueurs et supporteurs des @Orlando_Pirates et des @BafanaBafana. Une perte tragique et insensée», a écrit le dirigeant.

Retenu en début de saison chez les «Bafana Bafana» («Les Garçons»), l’équipe nationale, Meyiwa avait saisi l’opportunité d’une blessure du titulaire Itumeleng Khune pour briller lors des récents matches de qualification pour la CAN-2015.

En quelques matches, son rayonnement avait amené le sélectionneur à lui confier le brassard de capitaine, qu’il portait depuis septembre.

Meyiwa n’avait pas encaissé un seul but lors des quatre premiers matches de ce tour final de qualification. Il reste à l’Afrique du Sud deux matches à jouer, mais une victoire à domicile contre le Soudan le 15 novembre suffirait à qualifier l’équipe pour le tournoi continental.

Le sport sud-africain s’est retrouvé ces derniers jours sous les feux d’une actualité morbide: vendredi,l’ex-champion du monde du 800 m Mbulaeni Mulaudzi s’est tué dans un accident de voiture, un autre fléau national. Quatre jours plus tôt, l’idole du handisport Oscar Pistorius était condamné à cinq ans de prison pour avoir tué sa petite amie de quatre balles en pleine nuit en 2013.

Pistorius avait affirmé avoir eu peur d’un cambrioleur et avoir tiré sans identifier sa cible. Un comportement qui choque certains mais n’étonne personne en Afrique du Sud.

AFP

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*