Afrique du sud : Le ministre des Finances Pravin Gordhan poursuivi pour fraude

2016-10-11t082614z_970460960_s1beugibxmab_rtrmadp_3_safrica-gordhan_0-300x169En Afrique du Sud, la justice a annoncé des poursuites contre le ministre des Finances Pravin Gordhan. Une nouvelle qui a provoqué une véritable onde de choc mardi 11 octobre. Celui-ci est soupçonné de fraude alors qu’il dirigeait les services du fisc sud-africain. Des accusations qui ne font pas l’unanimité. Certains y voient une manœuvre politique pour se débarrasser d’un ministre compétent, apprécié des milieux financiers et qui lutte contre la corruption. Cette annonce a fait plonger la devise nationale, le rand.

Selon la justice, Pravin Gordhan, directeur des services fiscaux à l’époque, a autorisé un départ à la retraite dans des conditions très avantageuses. Pour le procureur général, il s’agit d’une affaire de fraude. Des poursuites ont été engagées contre Gordhan et deux ex-collègues qui doivent comparaître début novembre.

Mais ce n’est que la partie immergée de l’affaire. A l’époque, Gordhan avait mis en place une unité de lutte contre l’évasion fiscale, et aujourd’hui ce service est accusé d’avoir espionné des hommes politiques, dont Jacob Zuma, alors qu’il n’était pas encore président. Gordhan a reconnu l’existence de cette unité, mais toujours affirmé avoir agi dans le cadre de la loi. Mardi matin, le procureur a précisé qu’il y avait bien une enquête en cours sur la création de cette unité, mais qu’aucune poursuite n’avait été engagée pour l’instant.

A peine l’annonce faite, Pravin Gordhan a réagi, mettant en cause le timing de ces poursuites, deux semaines avant la présentation de son budget. « Les Sud-Africains doivent se poser la question suivante, a-t-il lancé : pour qui cette unité spéciale de la police qui a mené l’enquête travaille-t-elle ? D’où prend-elle ses instructions ? Et quelle est sa motivation ? Alors que le ministère des Finances fait tout ce qu’il peut pour s’assurer que les finances du pays sont bien gérées, que nous puissions donner une image positive du pays. »

Un ministre devenu gênant ?

En tout cas, ces poursuives ont provoqué un tollé. Pravin Gordhan est perçu comme le fer de lance de la lutte contre la corruption. Il s’est souvent opposé à des projets du gouvernement qui étaient controversés par exemple le sauvetage financier de la compagnie aérienne nationale, l’achat de centrales nucléaires. Des projets chers au président de la République, mais jugés trop coûteux par le Trésor. A plusieurs reprises, il s’est également opposé au chef de l’Etat, qui était mis en cause dans plusieurs scandales financiers. Donc, pour de nombreux observateurs, cela ne fait aucun doute que ces poursuites judiciaires sont une façon de se débarrasser d’un ministre des Finances devenu gênant.

L’opposition accuse le bureau du procureur d’avoir des motivations politiques. Le parti de gauche radicale de Julius Malema a appelé à descendre dans la rue. Pour le Parti communiste, pourtant allié du gouvernement, il s’agit d’un prétexte pour se défaire de Gordhan et affaiblir la lutte contre la corruption. Et même le porte-parole de l’ANC, le parti au pouvoir, qui s’exprimait à titre personnel, lui a exprimé sa confiance.
Dans la soirée, la présidence a réaffirmé son soutien envers le ministre des Finances, un soutien a minima.

Cette affaire risque d’avoir des répercussions importantes : soit Pravin Gordhan va être suspendu, soit il va démissionner. C’est une mauvaise nouvelle pour le pays qui a déjà dû relancer son économie. On s’attend déjà à ce que les agences de notation abaissent la note souveraine du pays dès le mois prochain, dissuadant encore davantage les investisseurs.

RFI

http://africa24monde.com/actualite/view/le-ministre-des-finances-pravin-gordhan-poursuivi-pour-fraude.html

In the Spotlight

JAMRA et DARUL KHURANN réclament un Référendum pour la peine de mort

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

A l’occasion de la Présidentielle américaine du 08 novembre 2016 (Trump/Clinton), trois Etats avaient saisi l’occasion pour organiser des consultations, afin de permettre à leurs administrés de se prononcer démocratiquement sur l’opportunité du rétablissement de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*