Afrique du Sud Scandale Nkandla: Zuma veut rembourser une partie de l'argent public

Afrique du Sud Scandale Nkandla ZumaDepuis 2014, un rapport accusant le président Zuma d’avoir puisé dans les caisses de l’État pour rénover sa résidence privée secoue le pays.

Alors que le président a toujours nié les faits, et sachant que la Cour constitutionnelle s’attend à plancher sur le sujet dans les prochains jours, c’est le président sud-africain qui crée la surprise. Jacob Zuma fait volte face et promet de rembourser une partie de l’argent public dépensé pour ses intérêts personnels.

15 millions d’euros pour rénover sa résidence privée

En charge de la surveillance de l’utilisation des deniers de l’État, Thuli Madonsela, médiatrice de la République sud-africaine, a déposé en 2014 un rapport qui accable le président de l’Afrique du Sud Jacob Zuma. Ce dernier est accusé d’avoir décaissé environ 15 millions d’euros à des fins personnelles, notamment la réfection de sa résidence privée à Nkandla.

Depuis que l’affaire a été dévoilée, le président s’est obstiné à refuser toute confrontation et toute idée de rembourser l’argent public dont il a bénéficié. Même ANC le parti au pouvoir n’a ménagé aucun effort pour soutenir le président avec des arguments qui ont du mal à tenir la route.

Attendu au tournant, Zuma rebrousse chemin

Face à son obstination, ses détracteurs n’avaient autres choix que de porter l’affaire devant la plus haute autorité judiciaire du pays, c’est-à-dire la Cour constitutionnelle. Cette dernière s’apprête à examiner le dossier dans quelques jours. Et comme par enchantement, le président retrouve ses esprits et promet de rembourser une partie des fonds publics utilisés pour la rénovation de sa résidence privée de Nkandla.

La décision a été divulguée au travers d’un communiqué publié par la présidence sud-africaine dans la soirée du mardi 2 février.

Au-delà de cette décision louable selon certains, beaucoup se posent des questions sur les raisons qui ont poussé le président Zuma à faire volte-face. La pression surement; d’autant plus que les deux premières formations politiques de l’opposition ont récemment déposé une plainte pour contraindre Zuma à rembourser la totalité des fonds utilisés. En outre, le président aurait ainsi choisi d’éviter une humiliation de plus.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*