AGRESSION MORTELLE Prison à vie pour les agresseurs de Rufisque

Cheikh Mawlany Sané mort en PrisonPour avoir agressé et tué Youssou Bakhayokho à Rufisque en 2009, Ismaïla Guèye et Mor Sall écopent la perpétuité. Leur co-inculpé, Alassane Diallo, bénéficie d’un acquittement. 

Pour 12 500 francs Cfa et un portable, Mor Sall, Ismaïla Gueye et Ousmane Diallo (toujours en cavale), ont mis fin à la vie de Youssou Bakhayokho à la sortie d’un bar à Rufisque, le 11 octobre 2009. Et cela leur a valu une peine de prison à perpétuité. Leur co-inculpé Alassane Diallo, lui, a été acquitté, même s’il a été reconnu coupable de détention de chanvre indien. Qu’à cela ne tienne, il sera quand même libéré, car ayant déjà passé six ans en détention préventive.

Les trois individus ont été attraits à la barre, accusés de vol en réunion commis avec violence et ayant entraîné la mort et détention et trafic de chanvre indien. Chose que les trois accusés réfutent en bloc. Mais, durant tout le long du procès, Alassane Diallo sera l’accusé qui aura le plus tenu en haleine la salle.

Pourtant, il est tout petit devant le juge. Mais, seulement par la taille. Parce que, pour ce qui est de la voix teintée de hargne et surtout d’audace, Alassane sait se défendre. Et il l’a prouvé hier devant le juge Ousmane Chimère Gueye.

Au tribunal, on a l’habitude de voir des accusés trembler devant le juge, au point de se perdre dans leurs allégations. Mais ce n’est pas le cas pour Alassane Diallo. Lui rend coup pour coup.

D’emblée devant la barre, il lance au juge qui lui demande s’il a participé à l’agression qui  a conduit à la mort de Youssou Bakhayokho : «Les policiers qui m’ont arrêté savent de quoi je suis capable ou non.» Et au juge de lui demander de quoi il était réellement capable. Réponse : «Je suis un voleur, pas un meurtrier.»

Quant à Ismaïla Guèye, il se met dans la peau d’un sauveur. Il soutient que la nuit de l’agression, il a plutôt aidé Mouhamadou Sow, l’ami de la victime, à transporter cette dernière couverte de sang.

«C’est moi qui ai appelé les pompiers», soutient-il. Son autre co-inculpé, Mor Sall, lui a été perdu par la description faite de lui par Mouhamadou Sow. Mais aussi par le coup que Mouhamadou Sow dit avoir donné à l’un des agresseurs. Mais, Sall continue de nier les faits, même s’il reconnaît avoir reçu un coup à la tête. Selon lui, c’est parce qu’il a vu des gens se battre devant le bar qu’il est sorti voir ce qui se passait. Et que c’est à ce moment-là qu’il a reçu un coup sur la tête. Un coup tellement fort qu’il s’est évanoui. Des explications qui n’ont pas convaincu l’avocat général qui parle d’«actes gratuits et inadmissibles» ayant conduit à la mort.

«Et cela doit être réprimé à la hauteur de leur gravité», dit-il. Aussi a-t-il réclamé une peine de 20 ans de prison. Mais le juge est allé plus loin en proclamant la perpétuité.

Diomma DRAME

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*