Air France : le personnel homosexuel refuse de devoir voler vers l’Iran

Air FranceAprès la mobilisation des hôtesses de l’air d’Air France, qui refusaient de devoir porter le voile lors des liaisons Paris-Téhéran, c’est au tour des stewards gay de la compagnie de refuser de voler vers l’Iran, où l’homosexualité est un crime.

Pour la première fois depuis 2008, la compagnie Air France s’apprête à rétablir la liaison Paris-Téhéran. Le premier vol, qui aura lieu le 17 avril, illustre la reprise du dialogue entre l’Occident et l’Iran depuis l’accord nucléaire du 14 juillet 2015. Mais si la réouverture de la ligne aérienne entre les deux États est un symbole fort, elle embarrasse aussi un certain nombre de salariés de la compagnie. Les homosexuels, en particulier.

À travers une pétition, mise en ligne sur le site Change.org le 8 avril, ils demandent à exercer leur droit de retrait dans un pays appliquant la peine de mort à l’encontre des homosexuels. “Si la décision économique d’ouvrir les vols sur Téhéran peut se comprendre, l’enjeu moral est différent”, peut-on lire sur la pétition intitulée “Les stewards gays d’Air France ne veulent pas voler vers la peine de mort en Iran”.

Raisons “morales et humaines”

“L’homosexualité reste illégale dans ce pays. La peine peut aller de 74 coups de fouet pour un mineur, jusqu’à la peine de mort pour un adulte. Certes, la sexualité n’est pas écrite sur les passeports et ne change pas la façon des membres d’équipage de travailler. Par contre, pour des raisons autant morales qu’humaines, il est inconcevable de forcer quelqu’un à se rendre dans un pays où ses semblables sont condamnés pour [ce qu’ils] sont.”

Début avril, les hôtesses de l’air d’Air France avaient obtenu le droit de refuser de voler vers la République islamique où elles auraient dû se voiler, sans être sanctionnées. Chez Air France, le refus peut entraîner une retenue salariale et une mention dans le dossier des salariés. “Ce qui peut nuire à une carrière et empêcher [par exemple] de devenir chef de cabine”, avait déjà expliqué Françoise Redolfi, la secrétaire adjointe de l’Unsa PNC contactée par France 24.

“Air France veille en permanence à la sécurité de son personnel navigant”

Pour se faire entendre et légitimer leur demande, les salariés gays de la compagnie ont aussi brandi la charte éthique d’Air France. “Le groupe Air France/KLM s’est doté pour l’ensemble des deux compagnies et de leurs filiales d’une Charte sociale et éthique, symbole des valeurs et des droits qui fondent notre identité.” La compagnie, contactée par France 24, ne semble pas disposée à céder à leurs revendications. Elle s’étonne même que le combat de ses salariés homosexuels ne vise que l’Iran.

“Encore un grand nombre de pays [que nous desservons] dans le monde ont une législation restrictive sur l’homosexualité […] : Algérie, Angola, Cameroun, Égypte, Guinée, Maroc, Mauritanie, Nigéria, Sénégal, Sierra Léone, Togo, Tunisie, Arabie Saoudite, Émirats Arabes unis, Inde, Malaisie (récemment desservie), Singapour. Air France n’a pas eu de problématique ces dernières années sur les pays cités”, explique la compagnie dans un communiqué.

Air France se veut néanmoins rassurante. “Le métier de PNC [personnel navigant] amène effectivement par nature à desservir des pays dont les cultures et réglementation sont très différentes de la nôtre et […] la direction d’Air France veille en permanence à ce que l’ensemble de ses personnels navigants le fasse dans la plus grande sécurité.”

www.France24.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*