ALAIN JUPPÉ : «SARKOZY A LE PARTI. MOI, POUR L’INSTANT J’AI L’OPINION»

alain juppeJuppé ne participera pas à la primaire si elle n’est pas ouverte au centre

A peine l’UMP rebaptisée Les Républicains, la compétition reprend de plus belle pour la désignation du candidat à l’élection présidentielle de 2017.
L’ancien Premier ministre Alain Juppé a de nouveau affirmé dimanche qu’il ne participerait pas à la primaire des «Républicains» (ex-UMP) en vue de 2017 si celle-ci n’était pas ouverte au centre, ce qui n’est «pas gagné» selon lui.

«Je vais gagner la primaire. Je vais tout faire pour ça. (…) Je suis déterminé à gagner, je vois bien que les idées que je défends ont un écho important dans l’opinion publique», a déclaré Alain Juppé lors du «Grand rendez-vous Europe 1/iTELE/Le Monde».

Le maire de Bordeaux s’est dit «confiant» mais «vigilant» en vue de l’organisation de cette primaire, actée par les instances du parti, mais a de nouveau affirmé qu’il n’y participerait pas si elles n’étaient pas ouvertes au centre. «Si ce sont des primaires des Républicains, ce sera non. Il faut que ce soit des primaires de la droite et du centre pour l’alternance. Et c’est pas gagné. On a fixé le cadre (…) maintenant on va rentrer dans la mise en oeuvre concrète», a dit Alain Juppé, qui souhaite attirer pour ce vote «deux, trois, quatre millions de Français comme le Parti socialiste l’avait fait» en 2011. «Si ça se passe bien, si les primaires sont transparentes, s’il y a suffisamment de votants, si c’est bien des primaires de la droite et du centre, je jouerai totalement le jeu», a-t-il assuré. Mais «si le match, c’est les primaires des Républicains entre Le Maire et Sarkozy, ça ne marchera pas».

ALAIN JUPPÉ : «SARKOZY A LE PARTI. MOI, POUR L’INSTANT J’AI L’OPINION»
L’ancien Premier ministre a par ailleurs indiqué avoir, avec ses équipes, rassemblé environ 600 000 euros de dons pour le financement de sa campagne. «C’est modeste mais ça permet de faire fonctionner ma petite équipe. Je publierai régulièrement les sommes qui ont été ainsi collectées. Je n’ai rien à cacher».

L’ancien Premier ministre Alain Juppé, a par ailleurs critiqué le discours très offensif de Nicolas Sarkozy ce samedi lors du congrès des Républicains (LR) expliquant qu’il n’utiliserait pas le même «vocabulaire excessif» qui «attaque les personnes».

Interrogé sur les sifflets qui ont une nouvelle fois accompagné son arrivée à la tribune samedi, Alain Juppé a répondu: «Je connais bien les militants. […] Le militantisme a ses vertus. Il a aussi ses risques, le risque du sectarisme, le risque du refus de l’autre. Le risque de l’enfermement est un risque fort. Il y a toujours chez les militants quelques hystériques.»

«Je ne suis pas le seul dans le parti à dire qu’il faut s’ouvrir. L’ADN de l’UMP, c’est l’union de la droite et du centre. Je n’ai pas observé que Les Républicains avaient renoncé à cet ADN. Si c’était le cas, je pense que ce serait tout à fait dangereux pour l’avenir.» «Nicolas Sarkozy a le parti. Moi, pour l’instant j’ai l’opinion, et j’organise ma petite PME. Parfois il arrive que des PME performantes soient plus efficaces que des grandes entreprises du CAC 40», a également déclaré Alain Juppé.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*