Alioune Ndao, le procureur du roi saute par l’esclandre de ses propos scandaleux, mais la marche du peuple aura lieu à date échue.

alioune-ndao-procureur-du roiAlioune Ndao , le clinquant procureur spécial du roi laisse ses plumes , trépasse et passe par la petite  porte.
Quoiqu’il puisse faire, Macky Sall est le seul comptable du bilan d’Abdoulaye Wade. Il a été au cœur de l’état pour avoir occupé de hautes fonctions que n’importe quel autre sénégalais à diplômes équivalents plus fournis. Le limogeage du procureur du roi jette incontestablement le discrédit de la crei, instrumentalisée par le premier faussaire nègre de service, aujourd’hui niché derrière les grilles d’un palais. Le masque de théâtre continue.

Le gouverneur interdit tout, mais prépare son inutile sommet de la francophonie. En vérité, la francophonie est devenue un moyen de promotion politique, d’asservissement, culturel, de brigandage, d’embrigadement, et d’aliénation pour la domination française- un complot permanent et un habillage en bandoulière pour faire la promotion des médiocres élites africaines dociles. s

Le fusible Alioune Ndao, le tonitruant procureur spécial laisse apparaître nettement un manque indiscutable de méthode de travail et de professionnalisme. Déchainements, incurie, acharnements, aveuglement, manipulations, manigances, désinformations diverses à tout vent, déformations, mensonges adroits, banditisme, amateurisme, personnalisation de l’affaire Karim Wade, rancunes et le zèle démesuré créent la défenestration brutale programmée du procureur de la crei, réactivée par le tracteur Macky Sall, le seul procureur, le plus mouillé de ce qu’il est convenu d’appeler les audits audibles à haut débit et à géométrie variable.

Après plus d’un an de tâtonnements infructueux, d’investigations vaines tout azimut, relayés en boucle sur toute la planète, l’état -apr incurieux de Macky semble mettre apparemment de l’eau dans « son bissap » et brouiller les pistes par des stratégies politiques, à la seule fin de trouver une porte de sortie honorable pour libérer Karim wade, « le colis encombrant ». Un échec cuisant du politiquement incapable pour son incapacité atavique. Est-ce donc la raison de la sortie du bruyant procureur spécial, Alioune Ndao ? Tout est permis de le penser. Dans un état de droit, la justice impartiale, impersonnelle, libre, libérée et indépendante du pouvoir exécutif, sans bruits, ni fioritures, imprime sereinement sa marque sur la base de preuves matérielles, avérés, et non sur des incantations stériles, des insinuations peu convaincantes.

Face à n’importe quelle force publique, supposée, la gigantosité du peuple, conscient, debout, indomptable, incommensurable, aura toujours le dernier mot par sa résistance immuable.
Assujettir un peuple qui se réveille pour le réduire au silence est un vain combat, perdu d’avance. Un peuple qui n’a pas d’histoire s’étiole à petit feu perd sa raison d’être, ses valeurs, civilisation et ses repères. Ce peuple dressé en esclave finira par tomber dans les décombres de l’oubli.

Alors, est-il concevable dans un état de droit, la tenue de la francophonie oblige, prime sur tout, qu’il faille nécessairement interdire tout ? Est-ce donc rationnel ? La connaissance collective, historique, rationnelle, basée sur nos vraies valeurs est une obligation, si nous voulons rester nous-mêmes, nous devons connaître notre passé glorieux, pour rester maîtres de notre propre destin. C’est seulement à ce prix là, à ce prisme là, que le Sénégal retrouvera sa dignité et la plénitude de son rayonnement qu’elle aura bâti librement, demain, sans pression aucune, d’où qu’elle puisse venir. Le peuple sénégalais n’est pas divisible, mais l’escroc clive tout le peuple pour espérer demeurer à jamais.
Soyons sérieux ! Abdoulaye Wade est-il le seul mouton noir dans ce pays ? Faisons donc une introspection généralisée pour corriger le tir. ! Cet homme désigné comme étant le premier suspect, le commanditaire direct de la mort de Me Babacar Sèye et des coups de marteau contre Talla Sylla, lesquels non encore élucidés jusqu’ici, doit-il être l’éternel coupable, étrange, exceptionnel dans ce pays ? Que fait-on alors des véritables assassins potentiels de Bassirou Faye, Omar Blondin Diop et Cie ? Voudrait-on accabler un seul homme peint sur son image présumée » takh rip » sans modération ? Voudrait–on couvrir ou enterrer les crimes économiques de Macky Sall , l’homme de la magie noire des coups tordus qui gouverne avec toute sa famille paresseuse ? Un peu de retenue et d’intelligence !

Le vrai pouvoir émane du peuple. Rien, absolument rien saurait entraver la manifestation irréversible du peuple – le peuple libre, debout et fier de l’être, démontrera le jour J sa remarquable parade. Le vrai pouvoir, c’est celui du peuple, qui imprime sa marque est toujours vainqueur par son génie exceptionnel, hors-pair, qu’il porte par essence dans ses gènes- Comment un autre peut-il être au dessus de lui ? Un suicide. C’est une illusion monumentale que de croire pouvoir enterrer toute la colère de tout un peuple debout, qu’on tient à mettre en bouteille. Aucune armée si puissante, soit elle, ne peut contenir la colère légitime d’un peuple déterminé à en découdre pour en finir avec des guignols de la poire espèce.

Avec ou sans autorisation, la manifestation du peuple libre, prévue le 21 novembre 2014 doit se tenir à date échue. Cette question fondamentale ne peut être l’objet de discussion. L’utilisation ou l’aliénation de la force publique n’est qu’une lâcheté de celui qui en abuse. Nous ne pouvons transiger au risque que, demain, nous soyons tous les sujets crevables, malléables, corvéables à merci pour des marionnettes de référence. La légitime défense populaire qui s’impose, maintenant, doit être proportionnelle aux dérives spectaculaires à propension et à l’infini.

Ça suffit maintenant ! Finie la récréation ! Nous devons faire preuve de patriotisme et de fiscalisme civique en action par notre détermination sans faille, de façon à rétablir par tous les moyens la démocratie foulée du pied par une bande de voyous et de fripouilles. Le rapport de force doit changer de camp et la marche peuple sévira, quoiqu’il arrivera. Le 21 novembre 2014, une date historique pour battre le macadam à tout prix et rétablir les libertés fondamentales délibérément mises aux placards. Voilà la seule voie salutaire pour endiguer le mal qui n’a que trop duré. C’est le Sénégal qui y gagne et tant mieux pour consolider les acquis démocratiques. Alioune Ndao, le procureur du roi saute par l’esclandre de ses propos scandaleux, mais la marche du peuple aura lieu à date échue.

Le combat continue !
Ahmadou Diop

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*