ALIOUNE TINE: « Il n’y a pas assez de violations des droits humains »

ALIOUNE TINELe président du Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdh) soutient que la défense des droits de l’homme est une réalité au Sénégal.

Sa conviction est qu’il n’y a pas « assez de violations des droits humains (sic) au Sénégal ».

Depuis le 22 avril 1970, le gouvernement du Sénégal a créé par décret le Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdh).

En décembre dernier, il a perdu son statut A, qu’il a acquis en 2008 au sous-comité du Comité international de coordination des institutions nationales pour la protection et la promotion des droits de l’homme (Cic).

Alioune Tine, nommé président de cette structure par le Président de la République, Macky Sall, soutient que l’ancrage historique des droits de l’homme est une réalité au Sénégal.

Des déclarations qu’il a tenues ce mercredi, lors de l’ouverture d’un atelier de lancement du processus de réinstitutionnalisation du Csdh.

Alioune Tine pense qu’ « il n’y a pas assez de violations des droits humains ». « La protection et la promotion des droits de l’homme a toujours été une réalité au Sénégal, puisque partagée entre les différents autorités.

Au Sénégal, la Constitution est le cadre juridique garantissant la jouissance des droits de l’homme. Cette garantie constitutionnelle ressort aussi bien au niveau du préambule que dans le corpus même de la Constitution », dit-il.

NETTALI.NET

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*