Allusion aux attaques de Rewmi et du Pds : Propos Seck de Macky – «Le Peuple a expérimenté tous ceux qui parlent»

macky-idy seckLes hommes politiques, potentiels candidats à la Présidentielle de 2017, ne sont pas des inconnus du Peuple. C’est l’avis de Macky Sall. Ce dernier déclare que chacun de ceux qui parlent a eu à être au pouvoir à un moment donné. Un constat général, mais une allusion au leader de Rewmi, Idrissa Seck qui a faussé compagnie à Benno bokk yaakaar.

Macky Sall ne s’est pas prononcé sur le départ de Idrissa Seck de Benno bokk yaakaar (Bby), mais le considère comme un adversaire tout de même sérieux. Après un discours centré sur la politique de santé du pays à l’occasion du lancement de la Couverture maladie universelle (Cmu) hier, le chef de l’Etat s’est livré d’abord à une mise au point subtile, sans doute envoyée, même s’il ne le cite pas, au leader de Rewmi.

Il dit d’abord, en wolof : «J’appelle tout le monde autour de moi pour développer ce pays. J’ai accepté de réduire la durée de mon mandat à cinq ans. Dans quatre ans, chacun va redescendre dans l’arène et la population va nous juger.» Galvanisé par les applaudissements des troupes de militants ayant pris d’assaut le Grand Théâtre, le leader de l’Alliance pour la République (Apr) pousse son argumentaire plus loin devant ses alliés, notamment Moustapha Niasse : «Il faut faire confiance à la capacité de discernement des Sénégalais. Les populations ont expérimenté tout le monde, tous ceux qui parlent ici.» Mais qui ?

Ce n’est pas Niasse, son allié estampillé «le plus sûr», qui est tout prêt de lui. Encore moins Tanor qui l’accompagne (encore). Il a en tout cas rarement répondu aux attaques de la principale formation de l’opposition, le Parti démocratique sénégalais (Pds), qui ne le rate pas dans cette affaire de biens supposés mal acquis.

Et c’est une riposte à peine voilée à Rewmi qui a déserté le Macky de Benno bokk yaakaar, quoique son chef n’ait pas encore pipé mot, préférant laisser ses seconds couteaux s’en charger. Mais Macky Sall affirme qu’il n’est pas obnubilé par un second mandat : «Si je ne suis pas réélu, il n’y a pas de problème. Je suis jeune. Je peux faire autre chose.»

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*