Amélioration des conditions de travail des journalistes : Le Code de la presse voté avant la fin de l’année

Dans quelques mois, la presse verra son nouveau Code voté par l’Assemblée nationale. Le Premier ministre, Aminata  Touré, a réitéré l’engagement du gouvernement  à l’adopter avant le 31 décembre 2013.

Aminata Touré a pris date avec le monde des médias. Le gouvernement soumettra à l’Assemblée nationale le Projet de loi portant Code de la presse pour son vote avant la fin de l’année, a promis le Premier ministre lors de sa Déclaration de politique générale. «Cela va améliorer les conditions de travail des journalistes», a-t-elle affirmé devant les députés.

Aminata Touré vient ainsi confirmer la promesse du président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar, Moustapha Diakhaté.  Lors d’une journée d’échange avec le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Syn­pics) et le patronat de presse, Moustapha Diakhaté avait engagé son groupe parlementaire en annonçant l’adoption de ce texte avant le 31 décembre 2013.

La séance d’explication  a été l’occasion d’éclairer la lanterne des parlementaires sur les dispositions qui suscitent la réticence d’une certaine frange de la classe politique  en l’occurrence la «déprisonnalisation» du délit de presse.  Cette question cristallise les appréhensions de certains députés depuis 2010 alors que le texte offre plusieurs avantages comme la redéfinition du statut du journaliste et  les conditions d’accès à  la profession. En outre, des mécanismes de financements de l’entreprise de presse y sont prévus.

En tout cas, l’élaboration de ce Code n’avait pas obtenu l’approbation des députés de la Coalition Sopi sous le régime libéral. Malgré les assurances de Me Abdoulaye Wade, sa majorité mécanique n’avait jamais voulu voter ce texte sous prétexte  que la «dépénalisation» allait augmenter le pouvoir des journalistes. Après avoir exprimé des réserves,  son successeur Macky Sall  s’est dit favorable à l’adoption du Code de la presse. A l’Assemblée nationale, le président de la Commission des lois, Me Djibril War,  a publiquement soutenu qu’il n’approuvait pas ce Code.

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*