AN ONZE DU NAUFRAGE DU « JOOLA » Le collectif des victimes réclame toujours justice

NAUFRAGE DU « JOOLA »
NAUFRAGE DU « JOOLA »
NAUFRAGE DU « JOOLA »

Le collectif  des familles de victimes du naufrage du bateau le Joola réclame justice et exige de l’Etat du Sénégal la prise en charge effective de tous les  orphelins. Les membres dudit collectif l’ont fait savoir hier, vendredi 20 septembre, lors d’une rencontre avec la presse, en prélude du onzième anniversaire.

Les familles de victimes de naufrage du bateau «Le  Joola»  demandent à l’Etat du Sénégal d’accélérer les procédures judiciaires des dossiers les concernant . En conférence de presse hier vendredi, en prélude au 26 septembre, onzième anniversaire cette catastrophe nationale, ils ont indiqué que « les lignes» ont un peu bougé.

Selon Nassardine Aïdara , coordonnateur du comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée « le Joola», la justice doit prendre en main ce dossier. «On ne peut pas classer une affaire comme le «Joola»  sans suite alors que plus de 2000 personnes ont perdu la vie avec le naufrage de ce bateau . Nous pensons toujours qu’il faut rendre justice. L’Etat doit prendre ce dossier en  mains pour voir les manquements», a-t-il soutenu.

Les familles de victimes exigent de l’Etat la prise en charge convenable de tous les orphelins du «Joola». «Au lendemain de la tragédie du « Joola », 1900 orphelins ont été recensés et seul le tiers à été pris en charge par l’État, arguant prendre en charge  que  ceux qui ont moins de 18ans en 2013.  Cette situation n’est pas normale car contraire à la loi qui a été votée. Nous exigeons que cette question soit réglée définitivement” ,laisse entendre Nassardine Aidara.

Allant dans le même sens, Boubacar Ba, secrétaire général de l’association des familles de victimes d’indiquer : «  les orphelins du Joola sont négligés par les autorités du Sénégal malgré qu’ils soient déclarés pupilles de la nation.  D’autres enfants  qui n’ont rien à avoir avec le Joola  sont déclarés pupilles de la nation, sont diligentés alors que ceux du bateau le joola attendent toujours. Je pense que s’il existe maintenant un office national des pupilles de la nation, c’est à cause du naufrage du Joola . C’est une catastrophe pour ces enfants qui attendent depuis 2002 et le décret n’est toujours pas signé ».

En outre, Nassardine Aidara a évoqué les autres revendications du comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée le Joola. Il s’agit  de faire du 26 septembre une journée de souvenir à travers une loi, ériger sur la corniche Ouest un mémorial comprenant un musée et un centre sur la sécurité humaine, la prévention des risques et catastrophes,  et enfin de renflouer l’épave du bateau.

Ndeye Aminata CISSE Lequotidien

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*