ANGLETERRE Les chômeurs britanniques, obligés de travailler

Georges Osbourne, ministre britannique des finances
Georges Osbourne, ministre britannique des finances
Georges Osbourne, ministre britannique des finances

Les personnes sans emploi depuis plus de deux ans devront consacrer 30 heures par semaine à la collectivité, faute de quoi ils perdront leurs allocations. (Photo : Georges Osbourne, ministre britannique des finances)

Les chômeurs britanniques de longue durée seront désormais obligés de faire des travaux d’intérêt général pour ne pas risquer de perdre leurs indemnités, a annoncé lundi le ministre des Finances conservateur, George Osborne.

« Personne ne recevra quelque chose sans contrepartie », a lancé le chancelier de l’Échiquier au cours du congrès annuel du parti conservateur à Manchester, dans le nord de l’Angleterre.

« Pour la première fois, tous les chômeurs de longue durée qui sont capables de travailler devront faire quelque chose en échange de leurs allocations et afin qu’on les aide à trouver un emploi », a-t-il ajouté.

A partir du mois d’avril, début de la prochaine année budgétaire, les chômeurs de longue durée devront consacrer 30 heures par semaine à des travaux d’intérêt général (ramasser les poubelles dans la rue, cuisiner pour les personnes âgées ou travailler dans une organisation caritative…) ou se rendre tous les jours dans leur Agence pour l’emploi. Les chômeurs souffrant d’alcoolisme ou analphabètes seront de leur côté aidés.

Les demandeurs d’emploi qui contreviendraient une première fois à ces nouvelles règles perdraient quatre semaines d’indemnités chômage. Une deuxième infraction entraînerait la perte de trois mois d’indemnités.

Baptisé « Help to Work », ce nouveau dispositif concernera tous les chômeurs n’ayant pas retrouvé d’emploi après deux ans au sein du programme gouvernemental de soutien et de formation. Cette nouvelle mesure rentre dans le cadre de la réforme globale des aides sociales par le gouvernement de David Cameron, qui juge qu’un système trop généreux n’incite pas les Britanniques à travailler.

Le parti conservateur, qui réduit l’écart dans les sondages avec l’opposition travailliste, cherche ainsi à rallier ses soutiens traditionnels et à contrer, sur sa droite, l’influence du parti anti-immigration et anti-européen Ukip, avant les élections législatives de 2015.

Selon les dernières statistiques, le chômage a légèrement baissé à 7,7% au Royaume-Uni pendant la période de trois mois achevée fin juillet, après quatre mois de stabilité à 7,8%. Le chômage de longue durée reste en revanche élevé avec 469 000 personnes sans emploi depuis plus de deux ans fin juillet, soit 27 000 de plus qu’un an plus tôt.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*