Angola: le budget 2015 affecté par la chute des cours du pétrole

Le Président José Eduardo dos Santos
Le Président José Eduardo dos Santos
Le Président José Eduardo dos Santos

L’Assemblée nationale angolaise a adopté jeudi à Luanda les grandes lignes du budget 2015 qui table sur une croissance de 9,7% mais aussi un déficit de 7,6% principalement en raison de la chute du cours du pétrole.

Avec 152 voix pour, 5 contre et 26 abstentions, les députés de l’Assemblée nationale ont approuvé dans sa généralité la proposition de loi présentant le budget de l’Etat pour 2015, a indiqué l’Assemblée nationale sur son site internet.

Le texte prévoit un budget de 7.251 milliards de kwanzas (environ 72 milliards de dollars) pour 2015, soit un montant équivalent à celui de 2014. Il table sur un fort taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 9,7% mais aussi sur un important déficit de 7,6% du PIB.

Cette situation s’explique par la chute du cours du pétrole depuis le début de l’année qui se solde par une baisse des recettes du pays. En Angola, deuxième producteur d’or noir du continent, le pétrole assure la majorité des ressources de l’Etat.

Alors que le prix du baril de brent est passé en dessous de la barre des 80 dollars pour la première fois depuis quatre ans ce jeudi, le budget angolais a été calculé sur la base d’un prix du baril à 81 dollars, contre 98 pour le budget 2014.

Les dépenses sociales sont, pour la première fois depuis la fin de la guerre civile dans le pays en 2002, supérieures au budget accordé à la défense et à la sécurité, a souligné le journal économique Expansao.

L’éducation et la santé se voient attribuer 14,7% de l’ensemble des dépenses, un chiffre en hausse de 39,3% par rapport à 2014, contre 14,1% pour la défense et la sécurité, secteurs soumis à une baisse de 14,3% par rapport à l’an passé, a ajouté le journal.

Ce changement intervient après les critiques répétées, lors du vote des précédents budgets, des partis de l’opposition et de la société civile dénonçant les trop faibles moyens accordés au secteur social et à la réduction de la pauvreté.

L’Angola a affiché une croissance moyenne d’environ 10% sur la dernière décennie grâce à ses ressources pétrolières. Mais, selon un chiffre communiqué en octobre par la présidence, 54% des Angolais vivent encore avec moins de deux dollars par jour.

AFP

In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*