Anniversaire de la troupe de Thiès : «Soleil Levant» illumine le Grand Théâtre

Une date historique vient d’être gravée dans la mémoire des amateurs de théâtre par la troupe Soleil Levant de Thiès au Grand Théâtre de Dakar. Acteurs culturels, autorités, comédiens, artistes ont tous été réunis pour une seule raison : célébrer les 10 ans de la troupe de Sanex et Cie. Ces derniers ont produit un spectacle riche en humour, en émotions et en couleurs.

C’était du 100 % délires. Les déconnages de Sanex et les pitreries de Cheikh, Aladji ont plongé le Grand théâtre dans un rire profond. Ils ont finalement tenu le pari : ils n’auront pas besoin de rembourser les prix des tickets aux insatisfaits.

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître : célébrer pour la première fois en dix ans de carrière, l’anniversaire de la troupe Soleil Levant.

La cérémonie de samedi dernier avait réuni toute la famille de l’art dramatique. Inondé par le charmant public venu répondre présent au 1er anniversaire de la troupe Soleil Levant, cet événement fut une grande réussite. 

Devant une salle remplie, des personnes désireuses d’accéder au saint des saints peinaient à voir leur doléance satisfaite. Résultat : ces dernières étaient restées à côté de la fine queue qui ne parvenait pas à rentrer dans la salle, leurs tickets à la main. Sous la haute présidence du ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick Ndiaye, la cérémonie a commencé avec une minute de silence à la mémoire des artistes comédiens décédés. L‘émotion étreint toutes les personnes qui étaient dans la salle.

«Le théâtre doit être jugé à sa juste mesure, et nous allons développer le théâtre, intégrer les jeunes du milieu scolaire au phénomène théâtral à l’école. Car le théâtre doit être reconsidéré.» C‘est par le biais de ces allocutions de M. Ndiaye que la soirée a commencé.

Plusieurs artistes ont défilé sur la scène du Grand théâtre, notamment Viviane Chidid, Gigi, Fata El Presidente, Birahim from Médina… Les troupes théâtrales ont aussi servi d’appuis au spectacle. On pouvait voir la troupe Dinamanekh qui a bien enflammé la salle, la danse contemporaine était aussi au rendez vous, en passant par les drolatiques de Amdy Mignon et Cheikh Seck de la troupe Diankhène de Thiès.

La salle, qui était en fou rire suite à la prestation de ces comédiens, a connu subitement un silence total. C’était parti pour le spectacle de la troupe du Soleil Levant. Sur la scène, on pouvait voir plusieurs tombes dans le noir. Ainsi, ils sont tous sortis de leur tombe, des hommes et des femmes notamment Sanex, Cheikh Ndiaye, Aladji Gora, Binta, Soum­boulou, Mbaye Dosé…, pratiquement toute la troupe au complet, habillés tout en blanc. A première vue, les images et les actions parlaient de la résurrection, accompagnée d’une musique étrange.

La peur habitait toute la salle. On entendait même des cris d’angoisse venant du public. Cette pièce faisait parler les acteurs en ce qui concerne la vie dans l’Au-delà. Ils se demandaient où est-ce qu’ils étaient, et chacun d’entre eux essayait de réparer ses erreurs pour espérer le Paradis. 

Cependant, malgré les parties dramatiques de ce long métrage de 45mn, il y avait des moments comiques, des instants de fou rire. D’après Makha Sèye, metteur en scène et chorégraphe, le but de cette pièce est de ramener les gens en la croyance en Dieu. «J‘ai écrit la pièce «prestée», c’est mon œuvre et ça s’appelle le Wallu Wa Allakhira qui signifie en français le Jugement dernier.

Le rôle de cette pièce est d’essayer de ramener les gens à Dieu, car parfois avec les activités mondaines, les gens ont tendance à oublier l’existence de Dieu. Et, je pense même que c’est le cas actuellement au Sénégal.» Et Sèye d’ajouter : «Ainsi, ils y ont ajouté de la comédie, car il faut châtier les mœurs tout en riant.»

Un pari réussi, selon Sanex, qui a fondu en larmes et avoue «avoir été très malade ces derniers temps et aussi s’être même disputé très gravement avec Cheikh Kane Ndiaye», acteur et metteur en scène dans leur troupe, juste pour la bonne réussite de cet événement. Chose promise, chose réussie si l’on tient compte de leur promesse de rembourser le billet à toute personne qui ne serait pas satisfaite de leur spectacle.

ndieye@lequotidien.sn

Réactions…Réactions…Réactions…

Mandione Laye Sarr, comédien de la troupe Daraay Kocc
«Il faut qu’on arrête de trop parler et de travailler»
«Un jour, j’ai suivi une émission où Dj Boubs disait que ce qu’il paye à ces artistes, nulle autre personne ne peut le payer. Mais moi je trouve qu’une série qui a plus de 100 millions de francs en sponsoring, payer 1 million de francs à des acteurs, c’est très peu. Car, nous si on avait de tels sponsors, on serait venu ici avec des limousines. Les moyens ne sont pas les mêmes ainsi que les sponsors. Alors il faut qu’on arrête de trop parler et de travailler, je trouve que c’est mieux.
 
Alassane Cissé, journaliste culturel
«La scène théâtrale n’est pas l’apanage des comédiens professionnels»
«Ce n’est pas méchant à mon avis, parce que le théâtre ce sont des prédispositions. Ismaïla Lô, c’est un artiste-chanteur mais il est aussi acteur, Youssou Ndour a joué dans des films. Et je pense que la scène théâtrale n’est pas simplement l’apanage des seuls acteurs comédiens professionnels et on a vu même des journalistes jouer du théâtre. On a vu des personnes anodines jouer du théâtre et dans tout ça il y a ce qu’on appelle le théâtre-forum qui, au moment où les acteurs jouent le public en fait de même. Alors que ce soit l’animateur ou le comédien professionnel, le théâtre est ouvert pour tout le monde.»
 
Mansour Mbaye Madiaga, comédien de Daraay Cocc
«Boub’s est un animateur, il doit rester à sa place»
«C’est dommage que le Sénégal marche comme ça. Boub’s est un animateur, il doit rester à sa place. Il ne peut pas venir dans le monde théâtral et en rajouter des propos indécents. Moi je trouve que le Sénégal ne croit pas à des luxes irréalisables. Peut-être qu’il dit ça, car c’est à la Tfm que les sponsors répondent. Nous les artistes comédiens, on est sponsorisés par Dieu. On prit tous pour Dj Boub’s car c’est notre petit-frère et nous ne sommes pas des aigris non plus. Tout ce que je veux c’est qu’il suive nos pas, et qu’il fasse ce qu’il a à faire sans trop polémiquer.»
 
Pape Demba Diop, directeur artistique de la troupe Darray Cocc
«Les comédiens méritent beaucoup d’encouragements»
«Le théâtre a fait son plein aujourd’hui, car on pensait qu’il n’y a que les artistes qui peuvent remplir le théâtre tels que Youssou Ndour, Waly Seck, Pape Diouf, etc. Mais aujourd’hui, tout a été vu. Les artistes comédiens, notamment Soleil Levant, sont aussi bien sur planches que devant les caméras de la télévision. Moi, je trouve que les artistes comédiens méritent beaucoup d’encouragements plutôt que de désintégrations.»

Cheikh Seck, comédien de la troupe Diankhène de Thiès
«Boub’s a peut-être été emporté par son euphorie»
«Moi personnellement, je ne l’ai pas entendu dire ça. Ces propos, je les ai entendus comme toi, comme tout le monde. Mais je considère que c’est du dérapage de langage. On ne peut pas écraser le comédien, car il y a une mu­si­que qui dit tout droit sur terre finit toujours, mais la mu­sique vivra toujours. Le comédien aussi vivra toujours, per­sonne ne peut l’écraser. Il a peut-être été emporté par son euphorie en disant de tels propos et je lui pardonne ça.»

Cheikh Kane Ndiaye, acteur comédien et metteur en scène de Soleil Levant
«Tout ce qu’on a fait ici doit avoir un suivi»
«L’histoire retiendra (l’évènement de samedi dernier), car le théâtre a gagné pour toutes les personnes qui disaient que ce n’est pas possible. Je tiens juste à dire qu’on a relevé le défi et les artistes comédiens doivent savoir que le théâtre doit renaître et tout ce qu’on a fait ici ce soir (vendredi) doit avoir un suivi. Pour le reste, l’avenir jugera.»

  • Écrit par  Nafissatou DIEYE
In the Spotlight

Macky Sall, le Gourou de la Mal Gouvernance Familiale, coloniale : ou le Gouverneur-Falsificateur Lave À Grande Eau ses Péchés Originels À Paris et les Dessous contre l’extrémisme Sur Internet. Par Ahmadou Diop.

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

Pour une première fois, le président de la République a choisi d’emprunter le vol régulier d’Air Sénégal pour se rendre à Paris, le mardi 14 mai 2019,  titre  pompeusement  une certaine sarabande moutonnière, empestée, mensongère, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*