Apparition de la «trace américaine» dans l’enquête sur le vol MH370 disparu

Il reste toujours plus de questions que de réponses dans l’enquête sur la disparition, en mars 2014, du Boeing MH370 de la Malaysia Airlines au-dessus de l’océan Indien. Pourquoi l’équipage ne répondait-il pas? S’agit-il d’un détournement? Est-il vrai que les Américains savent plus qu’ils ne le disent? Un expert russe répond.

La disparition, le 8 mars 2014, du vol MH370 qui avait quitté Kuala Lumpur à destination de Pékin, demeure toujours un mystère. L’avion, un Boeing 777 malaisien, transportait en tout 239 personnes dont 12 membres d’équipage. En 2015, ils ont tous été déclarés morts dans un accident, bien que leur sort ne soit toujours pas connu. La question, et notamment une possible piste américaine dans l’affaire, ont été évoquées au journal russe MK par Sergueï Melnitchenko, directeur général de l’agence de conseils et d’analyses internationale Sécurité des vols.

La disparition d’un si grand appareil est un fait extrêmement rare dans l’histoire de l’aviation mondiale, a-t-il indiqué. Très souvent, des débris, voire les boîtes noires de l’avion, sont découverts dès le deuxième jour des recherches. Mais le vol MH370 demeure entouré de problèmes irrésolus.

Le 8 mars 2014, le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a décollé de l’aéroport international de Kuala Lumpur et a disparu au-dessus de la mer de Chine méridionale. La dernière communication radio «Good night, Malaysia 370» remonte à 1h19, a-t-il rappelé. À 1h27, toute communication avec l’appareil était perdue. Les tours de contrôle des pays voisins ont tenté de joindre l’avion au cours des six heures qui ont suivi, mais sans succès. Selon l’enquête, le Boeing aurait volé environ sept heures sans jamais répondre à aucun aiguilleur du ciel, après quoi, resté sans carburant, il aurait commencé à perdre de l’altitude, avant que ses moteurs prennent feu.

Sergueï Melnitchenko affirme que c’est possible, mais pourquoi l’équipage gardait-il le silence? Il n’y a toujours pas de réponse à cette question. Il a rappelé que l’opération de recherches avait débuté en mer de Chine méridionale avant de se déplacer dans l’océan Indien, vers les côtes occidentales de l’Australie. Toutefois, rien n’a été trouvé.

fr.sputniknews.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*