APPEL PRESEIDENTIEL Ecartée du processus de réflexion sur l’acte 3 : L’opposition refuse d’être le «faire-valoir» de Macky Sall

Macky Sall
Macky Sall
Macky Sall

Le président de la République Macky Sall qui a réitéré ce mercredi son appel à la concertation autour de l’acte 3 de la décentralisation, risque de dialoguer seul avec ses alliés de Benno bokk yaakaar (Bby). Pour cause : écartée du processus de réflexion et d’élaboration de l’acte 3 de la décentralisation, l’opposition refuse d’être le « faire-valoir » de Macky Sall.

L’appel à la concertation nationale et au dialogue autour de l’acte3 de la décentralisation  réitéré ce mercredi (après la prière de la Tabaski) par le président de la République, Macky Sall, n’emporte pas l’adhésion de l’opposition sénégalaise.

Même si elle reste d’avis que le dialogue est indispensable pour apaiser le climat politique en ébullition, une bonne frange de l’opposition pense que Macky Sall a déjà biaisé les préalables de ce dialogue pour avoir posé des actes qui ont torpillé par avance cette consultation qu’il souhaite tenir avec l’opposition la semaine prochaine.

Selon certains responsables de partis d’opposition joints hier, le président Macky Sall risque de se concerter seul avec ses alliés de Benno bokk  yaakaar (Bby), car ils restent convaincus que ce message du chef de l’Etat n’est qu’un « faux appel au dialogue ».

C’est notamment, la conviction du secrétaire national de Rewmi chargé de la communication, Thierno Bocoum. Dans une interview qu’il a accordée au journal Le Populaire dans son édition d’hier, M Bocoum a foulé au pied cet appel du président Macky Sall.

«Les faux appels au dialogue, nous savons maintenant les repérer. Dans sa propre coalition, il n’a pas créé un cadre de dialogue. Ce n’est pas avec des personnalités ou avec des entités extérieures à la coalition qu’il va engager un dialogue sincère » argue-t-il, avant de s’insurger contre le report  «unilatéral» des élections locales sous le prétexte de mise en application de l’Acte 3 de la décentralisation. «Une réforme peut se faire à tout moment, mais son application doit être indépendante de l’organisation d’une élection» pense-t-il.

El hadj Amadou Sall pour sa part, souligne le paradoxe qu’il y a dans la démarche du chef de l’Etat qui a écarté l’opposition du processus de réflexion sur l’acte 3 de la décentralisation et se retourne au finish vers cette même opposition pour «valider» ses conclusions. Ce que lui et ses camarades de parti n’entendent pas faire.

«Il n’a demandé l’avis de personne lorsqu’il entamait les réflexions sur l’acte 3 de la décentralisation. Il a décidé de reporter les élections sans l’avis de l’opposition pour les raisons de mise en œuvre de l’acte 3 de la décentralisation. Il veut quoi maintenant ? On va discuter de quoi maintenant ? » Se demande-t-il. Me Sall d’indiquer : «Si Macky Sall veut un faire-valoir, il peut aller dormir».

tndiaye@lequotidien.sn

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*