APPELE A LA BARRE, A PROPOS DE LA SOCIETE DAHLIA SA BARA TALL SOLDE LES COMPTES

baratall_baaramEntendu à la barre hier, Bara Tall a décliné les tenants et aboutissants de ses rapports avec Karim Wade et Bibo Bourgi, révélant  qu’à travers la société Dahlia Sa, il devait en contrepartie de ses travaux bénéficier d’une villa sur trois devant revenir à Karim Wade et Bibo Bourgi. Le patron de Jean-Lefèvre Sénégal en a aussi profité pour solder ses comptes avec le régime libéral.

La société Dahlia Sa continue de faire parler d’elle, au procès de Karim Wade et co-prévenus. Evaluée à 01 milliard de Fcfa et référée dans le patrimoine de 117 milliards de Karim Wade, la société que Bibo Bourgi revendique comme sa propriété a amené à la barre hier, mardi 30 décembre, rien moins que …Bara Tall, le patron de Jean-Lefèvre Sénégal. Appelé à témoigner, devant la Crei, il a fait des révélations sur les termes du contrat qui le lie à Bibo Bourgi et Karim Wade.  

Selon lui, tout est parti d’un rapport de l’Institut des Sciences de la Terre qui avertissait qu’au niveau de la corniche, la mer avançait d’à peu près 01 mètre par an. Et le raport de noter qu’il est important d’arrêter cet avancement, à travers des mesures protectrices. Grâce à l’efficacité d’un projet similaire qu’il avait conclu pour le compte de Me Abdoulaye Wade à Popenguine, Bara Tall est sollicité pour stopper l’avancement de la mer sur un terrain identifié à la Corniche Ouest. 

Le patron de Jean-Lefèvre Sénégal a raconté que Karim Wade, muni d’un dossier, est venu lui expliquer l’urgence à lutter contre l’avancement de la mer. Mais la tâche ne sera pas facile puisque Bara Tall, ingénieur de son état, évalue la valeur de ses travaux à 1milliard pendant Abdoulaye Wade et Karim Wade estiment que la valeur des travaux est inférieure à la valeur vénale du terrain. Avec la négociation, le plan d’exécution des travaux est arrêté.

Il s’agissait, en effet, de permettre à Bara Tall d’engager des travaux et d’avoir en contrepartie une villa sur les trois qui seront érigées sur le terrain. Et cela passe par la création d’une société, Dahlia Sa. Une société où Bara Tall accepte d’être Président du conseil d’administration sans jamais connaître ni voir son directeur général, Souleymane Sy (représentant de Bibo Bourgi dans ladite société)

« Trouver d’abord un bail avant d’avoir un titre foncier »

Le Président du conseil d’administration de Dahlia Sa a par suite raconté que Karim Wade lui a dit de trouver un bail sur le terrain avant d’avoir le titre foncier. Bibo Bourgi, qu’il explique n’avoir connu qu’après le démarrage de la société, a pourtant payé les frais de mutation du bail au titre foncier d’une somme de plus 43 millions.  

A la question d’un assesseur de la Cour de savoir pourquoi Bara Tall a accepté de s’engager sur une telle voix et surtout de prendre son domicile pour en faire le siège social de l’entreprise, le patron de Jean-Lefèvre Sénégal a répondu: “c’est un gage pour moi qui engageait des travaux qui ne lui appartenaient pas. C’est pourquoi, j’ai accepté que mon domicile soit le siège social de la société. J’ai souscrit une action symbolique de 10000 F Cfa”.

La société, explique-t-il, ne lui a jamais été présentée dans sa globalité. Le substitut du procureur spécial, Antoine Félix Diome, a souligné alors une bizarrerie dans la création de Dahlia Sa. “la Société a été créée en mars 2004 et a bénéficié d’une attribution de ce terrain de la part de la commission de contrôle des opérations financières en sa séance du 2 novembre 2000”.

« Quand j’ai eu des problèmes avec l’Etat… »

L’espoir pour Karim Wade, Bibo Bourgi et Bara Tall d’avoir chacun une villa sur le terrain ne verra cependant pas le jour. Puisque, selon Bara Tall, ses problèmes avec l’Etat ont affecté son entreprise. “Quand j’ai eu des problèmes avec l’Etat, les travaux ont été arrêtés”, a-t-il avancé avant d’en profiter pour faire exploser sa colère.

“Lorsque dans ton pays, on arrive à monter des dossiers pour détruire ton entreprise, alors que dans un autre pays où tu es étranger, tu n’as pas ses tracasseries, j’ai préféré créer une société de droit européen (Tallux international Luxembourg). J’ai tout investi et je me suis retrouvé pendant un moment dans l’incapacité de faire un mètre de goudron et que ceci soit, après le rachat d’une entreprise étrangère (Jean lefebre)”.  Au final, le terrain a été repris par l’Etat du Sénégal.

“Le terrain, objet de la prévention, a été repris par l’Etat du sénégal par un décret présidentiel du 05 septembre 2014”, a informé Me Seydou Diagne, avocat de Karim Wade.

POURSUITES JUDICIAIRES POUR FAUX TEMOIGNAGE,  La Cour «rassure» les témoins

Les témoins qui étaient sur le point d’être poursuivis pour faux témoignage peuvent s’estimer heureux pour le moment .Et pour cause, ils ne pourront pas être attraits devant la barre pour « avoir déformé les faits pour lesquels ils sont appelés à témoigner ». Selon le Président Henri Grégoire Diop, « le jugement du témoin pour faux témoignage ne peut intervenir qu’après lecture du jugement de fond ».

Et à ce titre, prévient-il, « après le jugement sur le fond, tous les témoins cités à comparaître pour faux témoignage pourront repasser pour être jugés ». Ceci, malgré l’interprétation différente de la défense et de la partie civile qui croyaient à un jugement des témoins cités avant le prononcé du jugement de fond.

Pour rappel, la défense a jusque-là demandé à ce que le témoin Cheikh Diallo soit poursuivi pour faux témoignage. De son côté, la partie civile et le parquet spécial ont appelé Amadou Mansour Gaye, comptable dans la société An Média, à comparaître pour faux témoignage. Pour l’heure, après la décision de la Cour à laquelle toutes les parties ont adhéré, suite à une claire explication des dispositions pénales, les témoins peuvent pousser un ouf de soulagement.    

CIRE BA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*