Après le Burundi, l’Afrique du Sud, un autre pays africain veut quitter la CPI.

Depuis plusieurs semaines, nous assistons au retrait de la Cour pénale internationale de plusieurs pays africains. Tout a commencé par le Burundi qui a été suivi par l'Afrique du sud et la Gambie. Tout récemment c'est un nouveau pays africain qui annonce son intention de vouloir se retirer aussi.

Il s'agit du Kenya, qui veut réflechir à l'hypothèse d'un retrait de la CPI. C'est ce qu'a annoncé le président Kenyan Uhuru Kenyatta, ce lundi. S'il adopte la décision d'une sortie des pays membres de la CPI, le Kenya deviendrait donc le quatrième pays africain.

« Notre expérience avec la CPI démontre un manque flagrant d'impartialité au sein de cette institution. Certains pays se sont retirés, d'autres y ont pensé », a, en tout cas souligné le chef de l'État kényan

En moins de 6 mois, le Burundi, la Gambie et l'Afrique du Sud ont annoncé leur depart de la Cour Pénale internationale.

« Nous avons cherché à effectuer les changements qui permettraient à la CPI de respecter la souveraineté nationale, mais ces changements n'ont pas eu lieu. Nous allons dès lors devoir réfléchir sérieusement à notre adhésion », a-t-il ajouté.

Une expérience très personnelle pour Kenyatta

Depuis son entrée en fonction en 2003, la CPI a ouvert dix enquêtes, dont huit visant des pays africains. Uhuru Kenyatta et son vice-président William Ruto ont eux-mêmes été inculpés par la CPI pour leurs rôles présumés dans des crimes contre l'humanité, lors des violences post-électorales de 2007-2008. Mais les poursuites à leur encontre ont au final été abandonnées.

Après la campagne internationale qu'il a menée pour que les poursuites contre William Ruto et Uhuru Kenyatta soient abandonnées, le Kenya avait déjà menacé de quitter la CPI. Le parlement a adopté deux motions à ce sujet, sans que cela soit suivi d'effet.

L'Union africaine avait également estimé que les dirigeants en exercice jouissaient d'une immunité et qu'aucun ne devrait être traduit devant un tribunal international durant son mandat.

Le Burundi a été en octobre le premier pays à quitter la CPI.

C'est par le statut de Rome, adopté lors d'une conférence diplomatique des plénipotentiaires des Nations unies, en 1998 dans la capitale italienne, qu'est né la CPI. A ce jour elle compte 124 Pays des 193 pays de l'ONU.

Afrikamag

 

: Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*