Après l’Ukraine, la pression sur les pays baltes : Poutine pourrait-il réellement tenter de déstabiliser des pays membres de l'UE ou de l'OTAN ?

atlantico-yahoo-2014477Après l’Ukraine, les pays Baltes ? Selon le secrétaire d’Etat à la Défense britannique Michael Fallon, Poutine pourrait user des mêmes méthodes pour alimenter le chaos aux marches de l’ex empire soviétique.
Atlantico : Le secrétaire d’Etat à la Défense britannique Michael Fallon a estimé que Vladimir Poutine pourrait répéter les tactiques utilisées en Ukraine pour déstabiliser les pays Baltes. Quelle est la stratégie de la Russie ?
Florent Parmentier : Derrière cette déclaration, il faut voir la tension actuelle des relations russo-britanniques, qui sont déjà historiquement tendues. Ces deux pays se sont livré une bataille d’influence féroce au XIXe siècle pour l’Asie Centrale, ce qu’on a appelé le « grand jeu » selon le mot de Rudyard Kipling, ce que les Russes ont appelé pour leur part « le tournoi des ombres ». La réconciliation au début du XX siècle n’a pas pu perdurer, et il n’y a pas, comme en France, de nostalgie pour cette alliance de circonstance. La priorité accordée aux Etats-Unis dans la politique étrangère britannique, au moins depuis la crise de Suez (1956), n’est jamais allé dans le sens d’un rapprochement avec la Russie. En outre, la Grande-Bretagne devait garantir la souveraineté de Kiev à l’occasion du mémorandum de Budapest (1994), à l’occasion de la dénucléarisation de l’Ukraine. Le conflit ukrainien heurte donc profondément les élites britanniques, qui sont sur la même ligne que les durs du Sénat américain. Toutefois, la stratégie russe n’est pas celle-ci : il n’est pas question de proposer aux Baltes de rejoindre l’Union eurasiatique, alors que les Russes souhaitaient y voir rentrer l’Ukraine. Il peut y avoir des tensions internes dans ces pays, mais les Etats baltes sont aujourd’hui solidement ancrés dans l’UE et dans l’OTAN, et les citoyens russophones globalement mieux intégrés. Généralement, la politique russe (…)

Par Cyrille Bret | Atlantico

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*