APRES-MIDI DE RAMADAN DANS LES BOULANGERIES: C'est le grand rush

Les boulangeries et les pâtisseries sont devenues en ce mois béni du ramadan le point de convergence de nombreux Sénégalais. A quelques heures de la rupture du jeûne, de longs fils se forment devant les boulangeries et autres pâtisseries, obligeant certains à attendre des heures pour se procurer des miches de pain. Par conséquent, les travailleurs sont partagés entre le manque de temps et la chaleur.pain_ramadan

Il est 17 heures sur  l’avenue Bourguiba, prés du stade Demba Diop, devant une boulangerie, des voitures en file indienne, et une queue  assez longue (de personnes) attirent l’attention des piétons et autres automobilistes. A l’image de cette boulangerie, nombreux sont les lieux de vente de nourriture qui sont  devenues le point de convergence de beaucoup de musulmans à cette heure de l’après-midi. Ramadan oblige! En ce mercredi 10 juillet, premier jour du mois de Ramadan, les  pâtisseries sont encore prises d’assauts. Pour acheter des baguettes de pain, il faudra faire preuve de patience. Du coup, il faut venir tôt pour se les procurer.

Dame Séye ne déroge pas à la règle. Deux sachets blancs à la main, elle a lancé, «jeûner ce n’est pas du tout facile, donc je n’hésiterais pas à tout faire pour bien manger, même si la rupture nous me trouve ici cela vaut la peine» dit t-il l’air soulagé. Fatou Cissé embouche la même trompette en déclarant : «malgré la fatigue, je suis obligé de faire la queue, parce que ça vaut le cout. Je viens de mon lieu de travail». A l’intérieur de la bâtisse, des dames s’affairent à l’emballage des produits déjà achetés. Vêtue d’un Tee-shirt rouge à l’effigie du logo de la boulangerie, Keyane Ndiaye, vendeuse, se précipite à servir la clientèle.

Interrogée sur la production, elle a laissé entendre qu’ « avec le ramadan on double voir même triplé la production. Les clients achètent toutes variétés de nos produits », explique-t-elle, tout en précisant que «les clients préfèrent les sucreries comme le pain chocolat, les croissants et le pain de chasse qui sont les plus prisées». A quelques encablures de la boulangerie, c’est la même ambiance qui règne à un autre lieu de vente. Les détaillants avec l’aide des sacs et des chariots s’affairent à convoyer le pain dans différents points de vente. Le maître des lieux Abdoulaye Diagne n’a pas manqué de faire savoir la hausse considérable de la livraison du pain.

Le calvaire  des boulangers et vendeurs  de pâtisserie

Même si le chiffre d’affaire augmente, les boulangers et autres tenanciers de pâtisserie ne sont pas allés dos à la cuillère pour lister leurs difficultés, accentuées par ce rush. «On est obligé même de changer les heures de travail. D’habitude, on travaillait de 15h à 23h, mais en temps de carême on fait descendre l’heure jusqu’à 12h 20h», indique une vendeuse qui préfère garder l’anonymat. Trouvée dans une pâtisserie, elle poursuit son argumentaire en affirmant que «le ramadan n’est pas du tout repos, car souvent on a des problèmes avec nos ménages de plus le fait qu’on se tienne debout très longtemps est très fatiguant».

Dans une autre boulangerie, sise à la Sicap Liberté 2, la couleur noirâtre des murs  en dit long sur la forte température dégagée par les machines. Ici, une chaleur insupportable dicte sa loi.

«C’est très difficile, mais nous sommes obligés de supporter. En cette période de ramadan on travaille plus la journée et dans cette chaleur jugez-en par vous-même que ce n’est pas évident», s’exclame Abdoulaye Diagne, un jeune de 25 ans qui s’active dans ce métier depuis plus de 10 ans. Un point de vue partagé par Malick Manga dont les habits tachetés de farine, le visage renfrogné, le regard hagard trahissent sa fatigue. «En période de ramadan on ne fait que supporter, mais c’est très difficile on risque même de se déshydrater», lance t-il.

In the Spotlight

Barthélèmy Dias : «La lutte ne fait que commencer»

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

La mobilisation de la plateforme «Aar linu bok» de ce 14 juin a été une grande réussite. C’est ce qu’a déclaré ce samedi Barthélémy Dias. Ce dernier  avertit, cependant, que «la lutte ne fait que [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*