Arabie Saoudite : Salaires impayés – 470 Sénégalais réclament leur dû

arabie-saoudite MACKYA côté du cas Mbayang Diop, des travailleurs sénégalais installés au Royaume d’Arabie Saoudite réclament désespérément leurs salaires.

470 sénégalais, qui travaillent dans une société de nettoyage, attendent leurs salaires depuis 9 mois. En désespoir de cause, ils demandent à l’Etat du Sénégal de prendre le dossier en main.

Joint au téléphone par nos confrères de Sud Fm, leur porte-paroles a déclaré : «Nous sommes 470 Sénégalais dans cette société qui appartient à la famille de l’ex-Premier ministre, Fad Arérie». Ces malheureux travailleurs déplorent non seulement leurs dures conditions de travail, mais aussi et surtout leurs situations.

Sur un ton de récrimination, ils dénoncent : «Voici 9 mois que nous sommes sans salaires. Le propriétaire de la société nous fait courir derrière nos salaires. Nous ne sommes pas les seuls travailleurs de la boite, il y a d’autres pays de la sous-région».

Ils ajoutent : «Les représentations diplomatiques sont au courant, car le consul a été informé de notre situation, mais jusqu’à présent pas de solution. Les autres pays ont envoyé 2 de leurs ministres pour négocier leurs cas».

D’après le porte-parole des travailleurs sénégalais, le consul du Sénégal a mis au courant le gouvernement. Il dit à ce propos : «Le consul m’as informé qu’une correspondance a été envoyée à qui de droit: la primature, le ministère des affaires étrangères et celui des Sénégalais de l’extérieur».

Le porte-parole précise que le Roi d’Arabie Saoudite a demandé aux travailleurs de rentrer chez eux et qu’il va régler la situation, mais les Sénégalais refusent de quitter sans rentrer dans leurs fonds.

SENENEWS

In the Spotlight

Plus de 6 700 Rohingya tués en Birmanie

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

L’organisation Médecins sans frontières est la première à publier une évaluation du nombre de victimes de la répression subie par les Rohingya dans l’ouest birman. Selon l’ONG, la mortalité au sein de cette minorité a subi un [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*