ARRET DES COURS, SIT-IN LUNDI Le Saes persiste

En plus d’un arrêt total de toutes les activités académiques sur l’ensemble du campus de Dakar, le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES), section Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a décidé d’accélérer la cadence en organisant un grand sit-in avec tous les syndicats présents dans l’espace universitaire de l’Ucad (Satuc, Sudes), ce lundi 9 septembre 2013 à 10h devant le rectorat.edu_seydi-ababacar-ndiaye_saes_1

En Assemblée générale hier, jeudi 5 septembre, le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) envisage d’organiser un grand sit-in  avec tous les syndicats de l’espace universitaire (Satuc, Sudes) devant le Rectorat, lundi prochain à 10h, pour exiger l’approbation du budget 2013 de l’université. Pis, le Saes, section Ucad, a décidé d’observer un arrêt de toutes les activités académiques sur l’ensemble du campus de Dakar notamment les cours, la non évaluation des examens de second semestre et l’encadrement.

« C’est l’appel que nous lançons à tous les militants pour participer au sit-in. C’est pour élargir et amplifier les bases de cette lutte. Nous restons convaincus  que l’autorité ne joue pas franc jeu avec nous », a précisé Yankoba Seydi. Avant d’ajouter : « cette fois ci aucune suspension jusqu’à ce que le règlement de tous les problèmes mis sur la table soit effectif ».

Au cours de l’assemblée générale, le Saes par la voix de son porte-parole, Yankoba Seydi, a constaté pour le déplorer que les promesses faites par le représentant du recteur, Serigne Amadou Ndiaye, mardi dernier relatives au paiement des sommes dues aux personnels enseignants et de recherche, les voyages d’études ainsi que les primes de recherche ne sont pas tenues.

« A ce jour, nous nous sommes rendus compte après vérification qu’aucune des promesses faites lors du sit-in n’est respectée, au contraire il y a même une régression », a précisé Yankoba Seydi.

Le Saes a décidé mardi dernier, à l’occasion d’un sit-in, de mettre la pédale douce devant le rectorat le temps d’un round d’observation pour lever son mot d’ordre. Une décision qui fait suite à l’avancement du dossier sur la situation financière de l’université dressé par le représentant du recteur, Amadou Ndiaye, au terme d’une rencontre entre les différentes parties prenantes de ladite université.

« Le mardi dernier lorsqu’on nous tenions le sit-in, le Rectorat avait donné des garanties sur l’évolution de la situation, et nous leur avons indiqué clairement que le mouvement sera repris si et seulement si les promesses ne sont pas tenues », a souligné M. Seydi.

Les syndicalistes n’excluent pas toujours l’idée d’assiéger leur ministère de tutelle, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (Mesr) pour exprimer leur ras-le-bol aux autorités, pour le respect l’université de Dakar, des enseignants, le personnel administratif, technique et le service de l’Ucad.

« Les travailleurs se joindront à nous pour en finir avec cette situation alarmante. Nous maintenons le fait d’aller assiéger le ministère de tutelle voir même la présidence », a-t-il ajouté.

Pour rappel, les syndicalistes avaient décidé de ne pas évaluer les enseignements du second semestre de l’année académique en cours et l’arrêt immédiat de toutes les activités d’enseignement, de recherche et d’encadrement. Le fonctionnement de l’institution va être paralysé non pas à cause des étudiants mais des professeurs.

L’agent comptable avait indiqué dans une correspondance la semaine dernière  que le budget de l’Université et la plupart des budgets des établissements  qui la composent ne sont toujours pas approuvés. Pour éviter de tomber sous le coup de l’article 36 du régime financier de l’institution, l’agent décide de ne plus exécuter les dépenses en dehors des salaires.
« Les mandats relatifs aux primes de recherches, aux voyages d’études et aux heures complémentaires seront bloqués jusqu’à la fin des formalités  d’approbation », a fait savoir l’argentier de l’Université de Dakar.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*