Arrivée simultanée de 4 bateaux au Port de Dakar : Abondance de gaz ne nuit pas.

Après la pénurie, l’abondance ? En tout cas, dans les plus hautes instances de l’Etat, on veut le croire et on le souhaite. L’information de l’arrivée aujourd’hui au Port de Dakar du butanier Vitol, affrété par la société Touba Gaz, pour décharger 3 800 mètres cubes de gaz, pour les cuves de l’opérateur de gaz Lobbou Mame Diarra, a apporté un soulagement.penurie de gaz

Il faut souligner que ce bateau va juste occuper la place qu’aura libérée un autre navire, le Liber­tad, qui a commencé depuis hier à décharger sa cargaison de 5 000 tonnes de gaz, affrétée par le trader Itoc. Les collaborateurs de Baba Diao assurent d’ailleurs qu’ils ont déjà pré-positionné un autre butanier au large de nos côtes, et qui devrait entrer en rade la semaine prochaine. Ce bateau, dont le nom n’a pas été indiqué, contiendrait également quasiment la même quantité de gaz que celle déchargée par le M.S. Libertad.
Si les commandes s’en étaient arrêtées là déjà, ce ne serait pas mal, pense-t-on dans les services du ministère de l’Energie. Mais voilà que Touba Gaz indique de son côté qu’il a déjà fait affréter un autre bateau de gaz, qui devrait rejoindre le Port de Dakar dans les jours à venir. D’ailleurs, la société dirigée par Serigne Mbacké Sèye ne cache pas ses ambitions de se positionner comme un acteur majeur dans le domaine de l’importation et de la distribution des hydrocarbures, et en particulier du gaz. Cet opérateur a d’ailleurs clairement affiché ses objectifs à court terme : éviter au pays une pénurie de gaz pendant la période de ramadan.
D’ailleurs, certains concurrents pensent que l’activisme de Serigne Mbacké Sèye dans ce domaine vise à faire oublier certaines de ses récentes mésaventures. Il avait été particulièrement remarqué que sa société Senstock a récemment perdu le monopole du stockage des hydrocarbures, qui lui avait été complaisamment accordé par l’ancien ministre de l’Energie, Karim Wade. Les autre pétroliers concurrents, auxquels les dirigeants de l’ancien pouvoir avaient demandé de fermer leurs unités de stockage des hydrocarbures, ont reçu l’autorisation de Aly Ngouille Ndiaye de les remettre toutes en état de fonctionnement. Cela, bien sûr, a été interprété par certains comme une perte de grâce pour cet opérateur économique, qui pourtant se vantait de ne devoir sa fortune qu’à son propre travail.
Quoi qu’il en soit, comme dit plus haut, le Sénégal s’apprête à vivre un ramadan tranquille, en termes de fourniture en combustibles fossiles. Ce qui n’aura pas été connu depuis longtemps.
mgueye@lequotidien.sn