Assassinat – Le présumé meurtrier reconstitue la scène du crime

Assassinat MeurtreUne sombre histoire de meurtre défraye la chronique dans la banlieue de Dakar, à Guédiawaye où Mouma Ndiaye est décédé suite à des coups de couteau mortels de son ami Pape Abdou Cissé. Le commissaire de police a organisé une reconstitution des faits qui a ému tout le quartier.

Plus de 72 heures, après le meurtre du jeune Mouma Ndiaye, âgé d’une vingtaine d’années, le présumé meurtrier Pape Abdou Cissé était en cavale après le forfait. Des recherches intenses effectuées par les éléments de la police et diligentées par le commissaire ad­joint Adramé Sarr, par ailleurs chef de la Sureté urbaine, ont permis de cueillir le présumé meurtrier à Yeumbeul.

Cuisiné au commissariat, il a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Le commissaire, pour un complément de dossier du Procès verbal, a jugé nécessaire, comme la loi le lui recommande, de procéder à une reconstitution des faits sur les lieux du crime.

C’est ainsi que le commissaire Adramé Sarr avec ses hommes en civil ont  effectué une descente sur les lieux du crime au marché Bou Bess, samedi dernier dans l’après-midi pour procéder à la reconstitution des faits. Il est exactement 16 h15 quand deux pick-up et une camionnette font irruption sur cette route vide. A l’intérieur de la camionnette, le présumé meurtrier Pape Abdou Cissé.

Aussitôt, les éléments de la police font dégager le public qui envahit peu à peu les lieux et font installer un cordon sécuritaire au rond-point du très célèbre marché Bou Bess. Mais, la présence des flics rameute davantage les populations : Une foule monstre suit religieusement la scène.

A 16 h 25 le présumé meurtrier, Pape Abdou Cissé est extirpé de la camionnette par les agents en civil. L’espace dégagé, le présumé meurtrier, menottes aux mains, se dirige vers le lieu du crime : «C‘est ici que les faits se sont déroulés», dit-il au commissaire Adamé Sarr.

Un policier en civil est interpellé par le commissaire. Il va servir comme un cobaye. Et parmi les éléments du commissaire, il y avait un agent de la police chargé de la photographie et qui doit prendre tous les gestes. C’est ainsi que le présumé meurtrier va expliquer qu’il a pris au collet son ami pour lui réclamer le butin.

«Ce dernier a tenté de résister, j’ai l’ai pris au collet avant de le pousser vers les pneus qui étaient superposés derrière nous. Alors lorsqu’il a cherché à me prendre par les jambes, je lui ai donné deux coups de couteau au dos. Et quand il a tenté de se lever, je le tenais toujours au collet. C’est ainsi que je lui ai planté le couteau au niveau du cœur» raconte-t-il.

Suffisant pour que Mouma Ndiaye s’affaiblisse. Mais toujours, d’après les explications du présumé meurtrier, ce dernier s’est collé contre lui et ne voulait pas le laisser, par la suite ils se sont retrouvés au milieu de la chaussée, l’un accroché à l’autre.

«Il a cherché à me soulever par les pieds, mais il n’y parviendra pas», renseigne Pape Abdou Cissé. C’est en ce moment que Mouma Ndiaye a commencé à se vider de son sang. Ses habits maculés, il ne pouvait plus résister.

Perdant l’équilibre, il s’essoufflait à la minute suivante. Il essaye de se rendre chez ses beaux-parents pour chercher de l’aide. Arrivé devant la maison nommée «Keur bou Bonne», située à 30 mètres des lieux du crime, Mouma Ndiaye s’affale à terre, avant de vivre les dernières minutes de sa vie. Le récit est émouvant. Plusieurs personnes ne pouvant plus contenir leur tristesse, ont versé des larmes.

A16h 35 minutes, la scène est finie. Le présumé meurtrier, teint noir est de taille élancée, habillé d’un capuchon, d’un Jean, et de sandales aux pieds, rejoint le véhicule. Ce fut l’émoi et la peur du côté des populations qui s‘étaient amassées au rond point du marché Bu Bees.

Abdou Latif MANSARAY

atifmansaray@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*