Assemblée nationale: Des fonctionnaires logés gratuitement dans des appartements privés

L’Assemblée nationale manque de place. Ce n’est pas une nouveauté mais certains députés de l’opposition semblent avoir trouvé une solution économique pour en trouver. Selon les révélations de France Inter, des fonctionnaires qui ne sont pas élus disposeraient d’appartements privés sans payer de loyer.

Des appartements de plus de 100 mètres carrés

Le secrétaire général de l’Assemblée nationale, qui toucherait 18.000 euros net par mois, disposerait d’un logement de 182 m2 ainsi que d’un majordome, qui lui, bénéficierait d’un appartement de 49 m2, révèle ainsi la radio.

Mais ce n’est pas le seul. Le directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale bénéficie, lui, d’un appartement de 149 m2 alors qu’il est rémunéré à hauteur de 10.000 euros net par mois. Le chef du département « génie climatique », tout comme celui du département électrique habitent eux aussi des appartements de 167 et 107 m2 alors qu’ils touchent 10.000 euros net mensuels.

1.700 m2 de superficie

« Comme tous les citoyens, ils touchent suffisamment pour se loger par leurs propres moyens », estime une députée de l’opposition. Le document sur lequel France Inter a pu mettre la main a été transmis à François de Rugy, le président de l’Assemblée nationale. Son entourage a fait savoir que ces avantages étaient un héritage de précédentes mandatures mais que les choses pourraient bouger.

« Depuis maintenant six mois, un certain nombre de réformes a été engagé, et d’abord concernant les députés eux-mêmes, avec la fin du régime spécial de retraite des députés, l’alignement de leurs allocations-chômage sur le droit commun, etc. », explique la présidence de l’Assemblée. Et concernant les agents de l’institution ? « Pour François de Rugy, il n’y a pas de sujet tabou. Début janvier, une réflexion a été engagée sur le fonctionnement de l’Assemblée et notamment l’organisation de la fonction publique parlementaire », poursuit-on.

Concernant les révélations dans la presse, la présidence de l’institution met en garde : « Les choses doivent se faire avec méthode. Ceux qui se font plaisir à distiller ce genre d’informations stigmatisent des hommes et des femmes de grande qualité, qui n’ont pas volé leur place et ont été reçus à un concours sélectif ». Sur la question des logements de fonction, la présidence précise « qu’un mouvement a déjà été enclenché puisqu’au cours des dix dernières années, leur nombre a été divisé d’un tiers. ».

Ces appartements représentent une superficie totale de 1.700 m2. De quoi donner un peu d’espace à une institution qui en manque.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*