ASSEMBLEE-SA PREMIERE REQUETE DE GROUPE PARLEMENTAIRE MISE EN ECHEC Rewmi met Bennoo sous pression

Rewmi met Bennoo sous pression
Rewmi met Bennoo sous pression
Rewmi met Bennoo sous pression

La guéguerre entre la coalition Bennoo Bokk Yaakaar et Rewmi risque de repartir de plus belle à la prochaine plénière de l’Assemblée nationale. Débouté dans sa première tentative de création de son propre groupe parlementaire pour insuffisance du quota requis (10 députés), lors de l’ouverture de la session ordinaire unique de l’année 2013-2014 qui s’est tenue  vendredi dernier, le parti d’Idrissa Seck semble avoir repris des couleurs après avoir enrôlé Khadim Thioune de Mps/Faxas et Seynabou Wade de Bokk Gis Gis, deux députés non-inscrits , et constaté en outre la démission de la parlementaire Mame Khary Mbacké qui lâche la majorité pour la formation orange du maire de Thiès.

Désormais fort de presque 11 députés, la seule question qui titille les observateurs est de savoir si Rewmi aura bien son groupe parlementaire face à l’opposition manifeste de la majorité et aux dispositions des textes de loi et autre règlement de l’Assemblée nationale.

L’atmosphère tendue du renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale est partie pour ne pas s’apaiser avec le bras de fer que Rewmi d’Idrissa Seck et Bennoo Bokk Yaakaar (majorité parlementaire) se livrent sans répit, pour la constitution ou non d’un troisième pôle parlementaire à l’Assemblée nationale. Alors que la première manche avait été gagnée par le groupe de la majorité dirigé par Moustapha Diakhaté qui avait réussi à conserver dans son giron la députée rewmiste Aïssatou Diallo de Vélingara, voilà que les parlementaires du parti du maire de Thiès semblent se rebiffer pour décrocher au forceps leur groupe parlementaire.

Leur première demande de groupe parlementaire rejetée pour insuffisance du quota de députés requis (10 au lieu des neuf disponibles), les parlementaires de Rewmi se sont investis sans ménagement pour enrôler des députés non-inscrits et atteindre la barre des 10 députés nécessaires à la constitution d’un groupe à l’Assemblée. Khadim Thioune de Mps/Faxas et Seynabou Wade de Bokk Gis Gis ont été ainsi « recrutés » par Thierno Bocoum, Oumar Sarr n°2 et cie pour gonfler les rangs de leur groupe à l’hémicycle. Toute chose qui leur a permis de relancer leur demande auprès de Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale.

Et comme la ténacité semble avoir son prix, même au sein de la représentation parlementaire, une autre députée a choisi de rejoindre le camp d’Idy. Il s’agit de Mame Khary Mbacké, élue de Touba, qui a annoncé son départ de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar pour contracter une alliance avec les députés du maire de Thiès et aujourd’hui adversaire déclaré de Macky Sall.

Sur les ondes de la radio privée Rfm, la députée de Touba a déclaré sans faux fuyant :  « Quand on est dans une coalition et qu’on constate que cela ne vous arrange pas du tout, il faut chercher ce qui vous arrange le plus. En politique, il faut toujours chercher ce qui vous arrange. Je m’en arrête-là pour l’instant. Je convoquerai un point de presse à Touba où les populations m’ont élue pour m’expliquer. Mais ce qui est clair, c’est que je vais rallier Rewmi ».

Déposée sur la table de Moustapha Niasse, la demande de Rewmi pour la constitution de son propre groupe parlementaire est toutefois en instance, suspendue aux textes réglementaires de l’Assemblée qui devra se pencher sur le sort à réserver à la requête. La question qui titille est dès lors de savoir si la majorité présidentielle ne va pas recourir aux subtilités des textes législatifs pour contrecarrer encore une fois la tentative du parti d’Idy de constituer un troisième pôle à l’hémicycle.

Sur ce point d’ailleurs, les avis des voix autorisées sont très divergentes. Si les unes pensent que la requête de Rewmi est encore légalement recevable si le quota de députés est atteint, d’autres estiment par contre que la demande peut être déclarée forclose si elle n’est tout simplement réfrénée par les dispositions mêmes de la loi.

En tout cas, force est de reconnaître que, du côté de la majorité, divers scénarii sont envisagés, comme celui de Moustapha Cissé Lô de Bokk Yaakaar qui préconise tout simplement de ramener le quota requis pour créer un groupe parlementaire au 1/5 du nombre de députés de l’Assemblée, soit 15 membres.

Moctar DIENG Sudonline

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*