Au Mexique, un gang derrière les meurtres d'étudiants

MEXICO-CRIME-STUDENTS-MISSINGDeux membres présumés du groupe Guerreros Unidos ont avoué dimanche avoir tué 17 des 43 jeunes disparus le 26 septembre dans le sud du Mexique. 

Quarante-trois étudiants mexicains avaient disparu le 26 septembre à Iguala, au sud du Mexique, mais le doute sur leur sort n’a duré qu’une dizaine de jours. Deux membres présumés d’un gang criminel ont avoué dimanche soir avoir tué 17 d’entre eux, selon les déclarations du procureur chargé de l’enquête, Iñaky Blanco, qui a annoncé lors d’une conférence de presse qu’une trentaine de corps avaient été retrouvés près d’Iguala.

Dans ces fosses découvertes samedi, les autorités ont exhumé pour le moment 28 corps, certains complets, d’autres fragmentés et présentant des signes de calcination, selon le procureur. Iñaky Blanco a demandé que l’on attende les résultats des tests génétiques pour confirmer qu’il y a parmi eux certains des étudiants disparus. Des spécialistes considèrent que le processus pour déterminer l’identité des restes pourrait durer entre 15 jours et deux mois. 

Les jeunes portés disparus, élèves de l’école normale d’Atzoyinapa, connue pour être un foyer de contestation, étaient venus à Iguala le 26 septembre pour, selon leurs dires, récolter des fonds et manifester. Ils s’étaient ensuite emparés de trois autobus des transports publics locaux pour rentrer chez eux.

Des policiers municipaux et des hommes armés non identifiés avaient ensuite tiré sur ces autobus, faisant trois morts. D’autres fusillades avaient fait trois autres morts dans la soirée. Selon des témoins, des dizaines d’étudiants auraient été emmenés peu après dans des voitures de police vers une destination inconnue. 

Manifestations de protestation

Selon le procureur, les deux criminels présumés du groupe Guerreros Unidos «ont indiqué avoir participé directement aux meurtres d’étudiants». Les tueurs auraient fait descendre les étudiants d’un autobus, se seraient emparés de 17 d’entre eux pour les transférer vers les hauteurs d’une colline de Pueblo Viejo où ils ont des fosses clandestines et où ils les auraient abattus.

Les deux détenus ont assuré que l’ordre de venir sur les lieux où se trouvaient les étudiants avait été donné par le directeur de la sécurité publique d’Iguala et que l’ordre de les capturer et de les assassiner aurait été donné par un des dirigeants des Guerreros Unidos, surnommé «El Chucky». 

Le directeur de la sécurité publique et le maire d’Iguala, Jose Luis Albarca, qui ont pris la fuite après les fusillades sont actuellement recherchés par la justice. Des centaines de collègues des élèves-enseignants ont bloqué l’autoroute menant de Chilpancingo à Acapulco, afin d’exprimer leur colère à l’intention des autorités. Le gouverneur de Guerrero, Angel Aguirre, a lancé un appel au calme et à «éviter la violence».

(Avec AFP)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*