Autoroute à péage : Divertissante déviation de Barthélemy Dias

Barthelémy DiasLe député socialiste a roulé sur les vrais chiffres et les vraies questions.

Dans l’échange à fleurets mouchetés qu’il a eu avec le Premier ministre sur la question de l’autoroute à péage, le député Barthé­lemy Dias a plus voulu faire dans la démagogie facile que parler économie. D’abord, en se plaignant que l’Etat ait sorti les plus gros montants pour réaliser cet ouvrage, tout en laissant un privé «étranger» en récolter les bénéfices, il n’a pas posé les vraies questions, et le Premier ministre a eu le beau rôle de lui indiquer la répartition du financement.

Plus grave encore, pour quelqu’un qui aspire à diriger un jour ce pays, venir poser aujourd’hui les questions qu’il a posées trahit un manque de suivi de la question depuis l’origine. Ne serait-ce que, lui qui se veut Socialiste jusqu’au fond de l’âme ne voulait pas affronter du regard un patent échec de la gouvernance socialiste ?

Le député connaît-il un pays où, pour réaliser un projet de ce type, l’Etat aurait pu convaincre des privés de prendre en charge les coûts des déplacements des populations, ainsi que leur dédommagement, au tarif international ? Et si ces charges ont été si élevées, c’est bien parce que les aînés de Barthélemy Dias ont laissé le Sénégal, et Dakar en particulier, grossir dans tous les sens, sans aucun plan directeur d’aménagement, réellement mis en œuvre.

Nous, les vraies questions que l’on aurait voulu entendre poser au Premier ministre, et dont les réponses sont toujours aussi attendues, c’est de savoir, pourquoi Eiffage/­Senac a fixé des taux de péage aussi prohibitifs ? Et ensuite, de ces montants encaissés par le concessionnaire, quelle est la part de l’Etat, en dehors des impôts et taxes ?

  • Écrit par  Mohamed Guèye

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*