Aux Etats-Unis, on pourra imprimer légalement une arme en 3D à partir du mois prochain

La semaine dernière, le ministère de la Justice américain a légalisé la fabrication d’armes à feu au moyen d’une imprimante 3D à la suite d’un règlement amiable. Celui-ci permet à Defence Distributed, une association qui développe des armes à feu, de publier les schémas détaillés d’armes à feu, y compris de “ghost guns”, des armes indétectables, non enregistrées et que toute personne ayant accès à une imprimante 3D pourra produire elle-même.

Ce règlement amiable est intervenu au terme d’une croisade de plusieurs années menée par le militant américain Cody Wilson, un étudiant en droit Crypto-anarchiste qui défend le port d’armes aux Etats-Unis. Wilson est aussi le fondateur de Defence Distributed (DD), une association à but non lucratif créée en 2012 qui développe et publie un catalogue de plans de fabrication d’armes à feu open source, surnommé “Wiki Weapons”. Après 3 années de procédure, le ministère de la Justice a jeté l’éponge, et Wilson (qui est aussi le créateur de la plate-forme de crowdfunding de l’alt-right américaine Hatreon) a obtenu gain de cause : son association peut désormais mettre en ligne légalement ses plans de fabrication d’armes à feu en plastique imprimées en 3D.

Le Liberator

En 2013, DD avait publié les plans d’un prototype d’un pistolet en plastique ABS (le matériau qui sert à produire les inoffensives briquettes Lego, entre autres) au moyen d’une imprimante 3D et conçue par Wilson lui-même, “The Liberator”. N’importe qui ayant accès à une imprimante 3D pouvait se fabriquer son propre Liberator, à condition de pouvoir se procurer un percuteur en métal pour compléter l’arme.

Le ministère de la Justice était intervenu…

Le ministère de la Justice américain avait rapidement réagi, et contraint Wilson à retirer les schémas de ce pistolet de l’Internet, invoquant une possible violation des lois commerciales qui interdisent l’exportation d’armes à feu, puisque n’importe quelle personne dans le monde pouvait télécharger ces fichiers. Mais en 2015, Wilson avait décidé de contre-attaquer, et de contester cette interdiction de l’U.S Department of State au tribunal en invoquant les premiers et deuxièmes amendements de la Constitution américaine, qui recouvrent la liberté d’expression, et la liberté de port d’armes. Mais le ministère de la Justice vient de prendre une décision inattendue : il a fait volte-face, et a conclu un règlement amiable avec Wilson, permettant de nouveau à ce dernier de publier les plans d’armes à feu sur internet aux Etats-Unis.

Le “Ghost Gunner”

Defence Distributed a remis en ligne son Wiki Weapons, rebaptisé entre-temps DEFCAD, proposant les schémas de fabrication d’une vaste palette d’armes allant des fusils d’assaut AR-15 aux Berettas, téléchargeables à partir du mois d’août.

Elle avait entre-temps conçu une machine spécialisée appelée “Ghost Gunner”, qui permet de fabriquer des armes artisanales. Et comme le “Undetectable Firearms Act”, c’est à dire la “Loi sur les armes à feu indétectables” interdit les armes à feu qui passent inaperçues au moyen d’un détecteur de métaux, elle propose à la vente une structure métallique pour permettre à ses clients de s’y conformer.

Le “gun control” vient de prendre du plomb dans l’aile

Aux Etats-Unis, le débat sur le port d’armes fait rage, suite aux nombreuses fusillades de masse qui se sont produites récemment.  Celles-ci ont fait plus de victimes (1,51 million) que toutes les guerres dans lesquelles les USA ont été impliqués (1,39 million).

Pour réduire le nombre de ces fusillades de masse en Amérique, les politiciens en faveur du “gun control”envisagent de mettre en place des moyens de contrôler la possession d’armes à feu. Les suggestions vont des vérifications des antécédents, des interdictions de posséder des armes d’assaut, des exigences d’âge minimum et des systèmes de suivi de certains porteurs.

Mais toutes ces mesures seront inefficaces si des personnes déjà dotées d’un casier judiciaire peuvent télécharger et imprimer des armes intraçables, car jamais enregistrées dans aucun registre officiel, et indétectables parce qu’elles ne comportent aucune pièce métallique, telles que les “ghost-guns” dont Wilson publie les plans.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*