Babacar MBAYE Ngaraf : «A Guédiawaye, Nous Sommes Agressés Par L’Etat»

Le président Macky Sall qui tient à son second mandat comme à la prunelle de ses yeux pourrait avoir des surprises désagréables en banlieue dakaroise. Du moins si on se fie aux multiples doléances et autres frustrations exposées par Babacar Mbaye Ngaraf président de l’Alliance sauver le Sénégal et membre d’un collectif de dignitaires qui se battent pour les intérêts de Guédiawaye.

«Macky Sall a trahi les populations de la banlieue. Il n’a rien fait pour la banlieue. Au contraire il est en train d’exproprier Guédiawaye de tous ses projets», expose Babacar Mbaye Ngaraf dans un entretien avec WalfQuotidien. «J’en veux juste pour exemple le projet si cher à la banlieue, je veux citer le cas des cimetières musulmans et chrétiens de Guédiawaye. A son accession au pouvoir, Macky Sall a pourtant trouvé ce projet déjà ficelé par Abdoulaye Wade.

En 2013, Cheikh Sarr, ancien maire de Guédiawaye avait procédé à la pose de la première pierre de ces cimetières. En 2018, au mois d’avril, Aliou Sall, actuel maire a rassemblé tous les notables de Guédiawaye pour dit-il procéder à une autre pose de première pierre de ces cimetières. Ce qui est insensé car on avait déjà procédé à cette pose. Donc aujourd’hui, les populations estiment que Aliou Sall ne les respectent pas. Nous considérons d’ailleurs son acte, pour ne pas dire son cinéma comme un poisson d’avril. Nous sommes le seul département au Sénégal qui n’a pas de cimetières. Pourtant Aliou Sall doit tout à Guédiawaye», explique le président de l’«Alliance Sauver le Sénégal». Qui poursuit : «Aliou Sall n’a plus de temps à consacrer aux populations de Guédiawaye. Il néglige nos projets et nous snobe. Des localités comme Yeumbeul Nord, Malika et autres sont en train d’exécuter leurs projets. On s’en félicite, mais au moins, s’il ne fait rien pour nous de Guédiawaye, il n’a pas à négliger ou à nous exproprier nos projets. Il a donné nos terres à des gens qui n’ont rien à voir avec la banlieue. Alors que nous en avons besoin pour nos projets comme les cimetières, la maison Keur Serigne Touba, l’Université de la banlieue etc…tout cela, ce sont des projets dont les financements sont déjà bouclés. Donc on ne peut pas comprendre cette discrimination envers les populations de Guédiawaye. Le plus grave c’est le cas des centaines d’artisans qui travaillaient autour du stade Amadou Barry qui ont été déguerpies depuis trois ans alors qu’on leur avait promis de les recaser dans des parcs artisanaux. Ils sont tous dans la rue depuis trois ans. Le paradoxe c’est qu’au moment où on lance le programme de retrait des enfants de la rue, à Guédiawaye, on jette les enfants dans la rue. Voilà ce qui explique la frustration des populations de la banlieue qui se manifeste par la violence et autres agressions. Aujourd’hui Guédiawaye est agressé par l’Etat qui nous fait vivre l’enfer dans tous les secteurs.» Babacar Mbaye Ngaraf de dénoncer aussi l’insécurité dans la banlieue au niveau de la Vdn.

«Quand Macky Sall venait là-bas, les lampes de la Vdn étaient allumées, mais aussitôt après, toutes les lampes ont été éteintes causant des agressions et des accidents au quotidien. L’Etat ne fait rien face à ce fléau. Il y a aussi le cas des maisons délaissées suite aux inondations et qui abritent maintenant des malfaiteurs. Nous ne cessons de demander aux autorités de raser ces maisons qui ne servent plus à rien. La vérité est que Macky Sall ne se souvient de la banlieue qu’à l’approche des élections. C’est pourquoi je lance un appel aux populations pour qu’elles sachent que ce régime n’a aucune considération pour elles. Au contraire, cet Etat nous agresse et nous spolie de nos ressources et de nos terres. C’est inadmissible et nous allons sonner la révolte bientôt. Nous sommes prêts à tout pour que nos projets se réalisent.» Au sujet des échéances électorales, le président de l’Alliance sauver le Sénégal tire la sonnette d’alarme.

«Comme beaucoup de Sénégalais, je suis animé par la crainte de lendemains incertains avec la présidentielle qui se profile à l’horizon. En effet, Macky Sall est en train de créer les conditions de son auto élection en exilant Karim Wade, en emprisonnant Khalifa Sall en imposant aux Sénégalais un système de parrainage pour empêcher à tout Sénégalais qui le désire d’aller à la conquête du suffrage universel. Voilà un candidat qui veut coûte que coûte obtenir un second mandat quitte à brûler le pays. Macky Sall doit savoir que c’est Dieu qui donne le pouvoir. Il doit donc laisser les Sénégalais choisir leur président en 2019, explique Babacar Mbaye Ngaraf. Aujourd’hui, ajoute-t-il, «peu de Sénégalais peuvent brandir leur carte d’identité. Mais, il perd son temps car je ne crois pas que les libéraux et les «Khalifistes» vont laisser Macky Sall écarter leurs candidats de la compétition. Pire, cette suspicion autour du fichier électoral n’augure rien de bon. C’est pourquoi je dis qu’il est temps que Macky Sall fasse des concessions en écoutant l’opposition qui pose des revendications très fondées. Tout le monde sait que pour cette élection présidentielle, le jeu est faussée dés le départ. On ne peut pas comprendre qu’à quelques mois des élections, des Sénégalais courent toujours derrière leur carte d’identité. Au point de se constituer en collectif dénommé ‘les Sénégalais sans papiers dans leur propre pays’».

In the Spotlight

Un enseignant viole son élève mineur

by James Dillinger in FAITS DIVERS 0

Un Professeur de Sciences de la Vie et de la Terre (Svt) au Cem de Gniby (Kaffrine) est accusé de viol sur une élève mineure. Cette dernière, selon Libération, se plaignant de douleurs au ventre, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*