Boko Haram avertit les Tchadiens: «Nous sommes prêts pour attaquer vos terres»

Boko-Haram-ShekauBoko Haram entend poursuivre ses attaques meurtrières au Tchad. Dans une lettre publiée lundi, le commandement de Boko Haram veut orienter ses combattants vers le pays d’Idriss Déby.

Au moment où six chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (Ceeac) s’étaient réunis, lundi, au Cameroun pour parler de Boko Haram, la secte terroriste publiait une lettre qui menace la sécurité des Tchadiens.

«Nous sommes prêts à orienter nos combattants du Niger vers les terres du Tchad même si cela nous coûte tant. (…) Notre ennemi est l’armée tchadienne qui est intervenue dans nos terres. Nous savons que l’armée tchadienne est habituée à la guerre par procuration», a écrit le commandement de Boko Haram, dont la lettre a été publiée par des médias tchadiens.

Boko Haram estime qu’elle n’a combattu à aucun moment contre les forces armées d’Idriss Déby sur les terres du Tchad.

«Mais ce sont les forces tchadiennes qui sont intervenues dans nos terres, et si nous étions un de ces Etats régis par des lois, le monde entier aurait condamné l’intervention évidente du Tchad dans notre pays, que nous excluons», réfléchit le groupe terroriste.

Quant aux attaques perpétrées contre le Niger dont Boko Haram est l’auteur, le commandement de la secte affirme qu’il s’agit de représailles contre l’engagement des troupes de Niamey contre le terrorisme.

«Si vous (Nigériens) insistez sur la poursuite de l’agression aux côté du Tchad et de la coalition, alors nous allons vous donner une bonne leçon car les terres du Niger sont plus faciles que celles du Nigeria. Nous allons déplacer la guerre en profondeur dans vos villes, ce sera la première réaction à toute agression», estime Boko Haram.

Le Cameroun et le Tchad sont déjà en guerre ouverte contre le mouvement dont le berceau est le nord du Nigeria.

Boko Haram veut instaurer un califat au Nigeria et sous-tend ses attaques par un rejet de l’éducation occidentale. La secte est active depuis 2009 et a causé la mort de milliers de morts et de déplacés.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*