Bombes nucléaires pour l’Italie L’art de la guerre

nOBAMA-NUCLEAR-SECURITY-SUMMIT-400x200-300x150« Merci, président Obama. L’Italie poursuivra avec une grande détermination son engagement pour la sécurité nucléaire » : c’est ce qu’écrit sur twitter le premier ministre Renzi, après avoir participé au sommet de Washington sur ce thème en avril. « La prolifération et l’utilisation potentielle d’armes nucléaires- écrit le président Obama dans la présentation du sommet- constituent la plus grande menace pour la sécurité mondiale. C’est pour cela, il y a sept ans à Prague, que j’ai pris l’engagement que les Etats-Unis cessent de diffuser des armes nucléaires ». Au moment justement où il déclare cela, la Fédération des scientifiques américains (FAS) fournit d’autres informations sur les B61-12, les nouvelles bombes nucléaires étasuniennes en phase de développement, destinées à remplacer les actuelles B61 installées par les USA en Italie, Allemagne, Belgique, Hollande et Turquie.
Des tests sont en cours pour doter la B61-12 de capacité anti-bunker, c’est-à-dire celle de pénétrer dans le sous-sol, en explosant en profondeur pour détruire les centres de commandement et autres structures souterraines dans une first strike nucléaire. Pour l’utilisation de ces nouvelles bombes nucléaires à guidage de précision et puissance variable, l’Italie fournit non seulement les bases d’Aviano (Frioul) et de Ghedi-Torre (Brescia), mais aussi des pilotes qui sont entraînés à l’attaque nucléaire sous commandement USA.

Comme le démontre, écrit la Fas, la présence à Ghedi du 704th Munitions Support Squadron, une des quatre unités de la US Air Force déployées dans les quatre bases européennes « où les armes nucléaires étasuniennes sont destinées au lancement par des avions du pays hôte ». Confirmé, toujours depuis les USA, par le Bulletin of Atomics Scientists (une des sources les plus sûres sur les armes nucléaires) qui, le 2 mars 2016, écrit : « On a assigné aux forces aériennes italiennes (avec des avions Tornado PA-200) des missions d’attaque nucléaire avec des armes nucléaires étasuniennes, gardées sous contrôle par du personnel de la US Air Force jusqu’à ce que le président des Etats-Unis n’en autorise l’utilisation ». De cette façon l’Italie, officiellement pays non-nucléaire, se trouve transformée en première ligne, et donc en cible potentielle, dans la confrontation nucléaire entre USA/Otan et Russie. Confrontation qui deviendra encore plus dangereuse avec le déploiement en Europe des nouvelles bombes nucléaires étasuniennes, qui abaissent le seuil nucléaire : « Des armes nucléaires de ce type plus précises -avertissent divers experts interviewés par le New York Times- augmentent la tentation de les utiliser, et même de les utiliser les premiers ».
Face au péril croissant qui nous menace, non redouté par la plus grande majorité à cause du black-out politico-médiatique, il ne suffit pas de faire des appels génériques au désarmement nucléaire, terrain facile de démagogie. Pensons seulement que le président Obama, après avoir lancé une potentialisation nucléaire de 1000 milliards de dollars, déclare vouloir « réaliser la vision d’un monde sans armes nucléaires ».
Il faut dénoncer -comme le fait le comité No Guerra No Nato- le fait que, en recevant et en se préparant à utiliser des armes nucléaires, l’Italie viole le Traité de non-prolifération des armes nucléaires, ratifié en 1975, qui stipule : « Chacun des Etats militairement non nucléaires s’engage à ne recevoir de quiconque des armes nucléaires, ni le contrôle sur de telles armes, directement ou indirectement » (Article 2). L’unique façon concrète que nous avons en Italie de contribuer à désamorcer l’escalade nucléaire et à réaliser l’élimination complète des armes nucléaires, est celle d’exiger que l’Italie cesse de violer le Traité de non-prolifération et, sur la base de celui-ci, impose aux Etats-Unis de retirer toute arme nucléaire de notre territoire national et de ne pas y installer les nouvelles bombes B61-12.
Y a-t-il quelqu’un au Parlement qui soit disposé à le demander sans parler à demi-mot ?
Marie-Ange Patrizio
Edition de mardi 26 avril 2016 de il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

ilmanifesto.info

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*