Burkina Faso: Lassina Sawadogo affrontera l’armée les mains nues, «si c’était à refaire»

Le 30 octobre dernier, Lassina Sawadogo, inspecteur des impôts est également sorti dans les rues de Ouagadougou comme tous les autres burkinabè.|Reuters
Le 30 octobre dernier, Lassina Sawadogo, inspecteur des impôts est également sorti dans les rues de Ouagadougou comme tous les autres burkinabè.|Reuters
Le 30 octobre dernier, Lassina Sawadogo, inspecteur des impôts est également sorti dans les rues de Ouagadougou comme tous les autres burkinabè.|Reuters

Au Burkina Faso, si la révolution qui a fait partir Blaise Compaoré a pu aboutir, c’est grâce à la détermination des citoyens, hommes et femmes qui ont bravé les dispositifs sécuritaires dans le cadre de la désobéissance civile décrétée par l’opposition et la société civile. Parmi ces vaillants citoyens, Lassina Sawadogo dont l’image a fait le tour du monde affrontant les mains nues les militaires du régime de Blaise Compaoré.

Le 30 octobre dernier, Lassina Sawadogo, inspecteur des impôts est également sorti dans les rues de Ouagadougou comme tous les autres burkinabè. Et cette journée a été mémorable pour cet agent de l’Etat qui milite dans l’opposition.

«J’ai quitté la maison à 4 heures du matin pour répondre à l’appel de mon parti et du balai citoyen. Des gens m’ont appelé pour me dire de ne pas me mettre devant. Mais j’ai dit non. Je suis un responsable de parti politique, nous avons appelé des gens à marcher sur l’Assemblée nationale… Le peuple s’est mobilisé et on a fait face à la gendarmerie avec les gaz lacrymogènes et leur lance-à-eau qui était gazeuse et piquante à la fois. On a maîtrisé la dynamique et ils étaient même à court de gaz et on a gagné au fur et à mesure 5, 10 mètres pour finalement aboutir à l’Assemblée nationale», a-t-il raconté.

Après la prise de l’Assemblée nationale, Lassina Sawadogo a mis le cap sur la  Télévision nationale avec une foule de personnes. Face aux militaires en poste à la Télévision, M. Sawadogo a démontré sa détermination et l’image de son affrontement mains nues avec militaires sera prise par un photographe.

« Ces militaires ont tenté de nous empêcher à accéder à l’enceinte de la télévision et je pense que c’est en ce moment que la photo a été prise. Le premier a pu me donner un coup à la cordelette mais le second n’avait pas pu parce que je me suis protégé. C’est vraiment une scène de 30 secondes dont plusieurs ignorent le début et la fin», a expliqué M. Sawadogo.

Pour le militant de l’opposition, cette image l’a sorti de l’anonymat mais relativise son rôle dans la révolution. Il croit que plusieurs jeunes burkinabè en avaient fait autant ou plus que celui qui a fait pour que la révolution aboutisse.

« Il y a en a qui ont même perdu leur vie dans cette situation. Ce sont eux les héros de notre révolution. Il y a d’autres qui sont toujours à l’hôpital parce qu’ils ont affronté de vraies balles.  C’est la jeunesse burkinabè qui a été héroïque et c’est elle qui doit être magnifiée », a déclaré l’inspecteur des impôts devenu populaire au Burkina Faso depuis lors.

Au micro de Droit Libre TV, son épouse a exprimé sa peur à la première vue de l’image sur l’internet. Mais Mme Sawadogo est fière de son époux courageux

Si c’était à refaire, Lassina Sawadogo se dit prêt à se mettre dans les rues parce que la lutte n’a que trop duré et le peuple burkinabè a trop attendu sous le régime Blaise Compaoré.

Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir le 31 octobre dernier par un soulèvement populaire des burkinabé qui protestaient contre son désir d’organiser un référendum afin de modifier la constitution burkinabè pour s’offrir une longévité au pouvoir après avoir  passé 27 bonnes années à la tête du pays des hommes intègres.

Didier Assogba 
© OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Le déminage en Casamance ne fait pas l’unanimité

by bishba in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Au sud du Sénégal, les opérations de déminage de la Casamance ont repris depuis le 27 février 2019. Tout s’est arrêté après l’enlèvement de cinq démineurs mardi 14 mai. La perspective d’une reprise des activités [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*