BURKINA FASO : Un mouvement anti-corruption exige le gel des biens de Compaoré et de ses proches

Compaore_Pain-Sardine-FantaLe Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) au Burkina Faso souhaite voir geler les biens du président déchu, Blaise Compaoré, et de ceux de tous ses proches, a déclaré le premier responsable de la structure, dans une déclaration à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption, célébrée ce mardi.

Dans sa déclaration dont APA a reçu copie, le secrétaire exécutif national du REN-LAC, Claude Wetta, a souligné que l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre derniers constituait un tournant important dans la marche du Burkina Faso.

‘’Elle donne l’opportunité aux Burkinabè de faire face courageusement à leur histoire et, par la même occasion, d’ouvrir une nouvelle page dans leur marche vers le développement », a relevé M. Wetta. Il a profité de ‘’ce 9 décembre, Journée internationale de lutte contre la corruption, pour s’incliner devant la mémoire des martyrs de l’insurrection populaire ».

Parlant du thème de la 9e édition des Journées nationales de refus de la corruption (JNRC) – ‘’En finir avec l’impunité et la mal gouvernance pour une véritable stabilité »–, il a affirmé qu’il était un gage supplémentaire de la volonté de la structure d’aller jusqu’au bout de sa logique.

Selon Claude Wetta, sous l’ère du président Blaise Compaoré, ‘’la corruption, le pillage des ressources publiques et le bradage des ressources minières étaient devenus la loi d’airain ». Il a ajouté qu »’après 27 ans de pouvoir et de pillage organisé, il est de bon ton que les avoirs et les biens mal acquis de Blaise Compaoré et de sa famille, ainsi que ceux des principaux dignitaires de son régime, soient gelés, recouvrés et restitués au peuple ».

Dans ce sens, a-t-il souligné, le REN-LAC a engagé, à travers un panel, la réflexion sur ‘’le gel et le recouvrement des biens mal acquis du pouvoir déchu de Blaise Compaoré ». Le REN-LAC entend maintenir la pression sur le gouvernement de la transition et les acteurs de la justice afin que la justice tant attendue par le peuple burkinabè soit rendue. Il sait, par avance, que ‘’le chemin sera long et tortueux pour venir à bout des pratiques surannées mais tenaces ».

APA

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*