Burkina Faso : Vers un nouvel échec du dialogue entre Majorité et opposition

Dialogue-Burkina-FasoLa concertation politique souhaitée par le Président burkinabè, Blaise Compaoré a débuté depuis le début de la semaine mais tend à accoucher d’une souris. Les discussions viennent d’être suspendues et il n’est pas sûr qu’elles reprennent de sitôt.

Les discussions politiques sur les réformes constitutionnelles concernant l’article 37 de la Constitution entre majorité et opposition au Burkina Faso touchent à leur fin. Mais jusque-là, aucun n’a pu être dégagé.

Selon les délégués de l’opposition qui participent aux travaux, les principaux points de divergence concernent le format même des discussions et l’harmonisation du document de cadrage pour un dialogue inclusif. Cette dernière concerne l’agenda et les règles de conduite.

C’est alors que Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition a demandé une suspension du dialogue. Le but est de permettre aux dirigeants de consulter leur base. Mais d’aucuns pensent déjà que le dialogue politique entre les deux parties a déjà pris fin.

Le dialogue politique entre la majorité et l’opposition au Burkina Faso qui avait été présenté comme la négociation de la derrière chance, connaît déjà son revers.

Les cinq points devraient être au menu des discussions : la modification de l’article 37, l’installation du Sénat, l’organisation de l’élection présidentielle de 2015, le fonctionnement du Conseil constitutionnel et la contribution de la société civile à la recherche de solutions consensuelles pour la consolidation de la paix.

L’opposition burkinabè est sur sa garde depuis que Blaise Compaoré a annoncé qui modifiera la Constitution pour se présenter à l’élection présidentielle de 2015. Pour elle, la Constitution ne devrait pas être touchée. Ainsi, elle passe par tous les moyens possibles pour faire échec à tout projet tendant à modifier la Constitution.

Didier Assogba

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*