Burkina: Zida lève la suspension de la Constitution

Le lieutenant-colonel Isaac Zida nouvel homme fort du Burkina Faso
Le lieutenant-colonel Isaac Zida nouvel homme fort du Burkina Faso
Le lieutenant-colonel Isaac Zida nouvel homme fort du Burkina Faso

L’homme fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida, a annoncé samedi le rétablissement de la Constitution qu’il avait lui-même suspendue à la chute du président Blaise Compaoré, marquant une nouvelle étape importante dans la résolution de la crise.

La suspension de la Constitution du 2 juin 1991 est levée à compter de samedi afin de permettre d’engager le processus de mise en place d’une transition civile et d’envisager le retour à une vie constitutionnelle normale, a déclaré le lt-colonel Zida dans un communiqué lu en conférence de presse par un autre militaire, le colonel David Kabré.

M. Zida assume les responsabilités de chef de l’Etat pour assurer la continuité du pouvoir jusqu’à la mise en place de l’institution de la transition, poursuit ce texte.

L’actuel homme fort du Burkina Faso a par ailleurs invité les différents groupes civils impliqués dans la transition à communiquer leurs candidats à la présidence intérimaire au plus tard dimanche 16 à 12H00 locales et GMT.

Le rétablissement de la Loi fondamentale est une étape cruciale pour le Burkina Faso, car il ouvre la porte à un examen par le Conseil constitutionnel de la charte de la transition, qui doit être signée officiellement dimanche. Ce document, une fois avalisé par le Conseil, servira de base institutionnelle à l’Etat burkinabè intérimaire.

Le lt-colonel Zida avait déclaré la suspension de la Constitution burkinabè le 31 octobre, jour de la chute du président Blaise Compaoré, déchu après 27 années de règne.

Cette décision était obligatoire du point de vue militaire car la vacance du pouvoir prononcée par l’ancien chef de l’Etat lors de sa démission devait aboutir constitutionnellement à son remplacement par le président de l’Assemblée nationale, ce que refusait l’armée.

De délicates tractations sont également à l’oeuvre entre civils et militaires à Ouagadougou pour déterminer qui sera le futur président de la transition, une période qui doit durer un an et qui sera ponctuée par des élections en novembre 2015.

AFP

In the Spotlight

A LA UNE!

by bishba in A LA UNE 0

Related Posts:Ces hauts magistrats que Macky Sall maintient…Une jeune lycéenne a voulu couper le pénis de son…Ça chauffe ! Ce responsable de l’APR veut brûler…l’APRLes aveux brûlants d’Aïda MbackéBanquerouteL’intégralité De La Longue Déclaration De Politique…Direct [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*