Burundi-putsch: Les peines alourdies

La Cour suprême du Burundi a condamné lundi en appel 21 officiers à la prison à vie pour tentative de coup d’Etat en mai 2015

Cette haute juridiction a ainsi durci les peines infligées en première instance. Deux des officiers ont été condamnés à la prison à perpétuité, alors qu’ils avaient été acquittés en première instance.

“Le colonel à la retraite Jean-Bosco Daradangwa ou encore le général Prime Ngowenubusa, qui avaient été acquittés, écopent cette fois de la prison à vie, alors que cinq soldats et policiers ont été condamnés à deux ans de prison et deux autres acquittés”, a confirmé une source militaire à l’AFP.

Le 15 janvier, cette même Cour – qui dispose de juridictions de première instance, d’appel et de cassation – avait condamné une première fois quatre généraux à la prison à vie pour avoir organisé la tentative de putsch, neuf officiers à 30 ans de prison pour y avoir pris part, et 5 ans pour huit hommes de troupe.

Elle avait également acquitté sept personnes. Mais le parquet avait fait appel.

21 officiers, dont les principaux accusés comme le général Cyrille Ndayirukiye, ont été condamnés à la perpétuité, ainsi que la quasi-totalité des colonels et des majors, condamnés à 30 ans de prison devant le premier degré.

“Les condamnés sont en outre astreints à payer plus de 6 milliards de francs burundais (3,8 millions de dollars) de dommages et intérêts aux parties civiles, notamment l’armée, la police, le parti au pouvoir ou encore la radio Rema, proche du pouvoir”, a annoncé la juge Domine Banyankimbona.

Cette dame qui occupe le poste de vice-présidente de la Cour suprême, est réputée proche du parti au pouvoir.

Ce verdict, rendu par la section d’appel de la chambre judiciaire, est encore susceptible de pourvoi en cassation, devant la chambre de cassation de la Cour suprême.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*