Cameroun: Biya et l’armée célèbrent l’unité nationale en incendiant un village anglophone le 20 mai

On ne pouvait pas trouver mieux que la date du 20 mai, jour de la célébration de la “Fête de l’Unité”, fête nationale du Cameroun, pour raviver dans le subconscient de tous les Camerounais la notion « d’unité nationale » évoquée dans les discours politiciens par marquer ce vivre ensemble qui doit caractériser la coexistence des communautés anglophones et francophones du pays.

C’est pourtant ce jour que les autorités camerounaises ont choisi pour incendier un autre village anglophone. Un art dans  lequel ils sont passés maîtres depuis de nombreux mois déjà, et qui porte à 75 le nombre de villages passés par le feu.
Dimanche, 20 mai 2018, alors que le Cameroun célèbre en mondovision et  dans la ferveur, la 46ème édition de sa fête nationale, encore appelée « fête de l’Unité »,   avec des milliers de soldats et de policiers paradant fièrement sous les pieds du président Paul Biya, avec leurs équipements dernier cri, pour prouver qu’ils ont les moyens d’une action efficace et d’envergure contre toute agression, un village anglophone, Ngolo-Metoko dans l’arrondissement d’Ekondo-Titi, subissait pour la deuxième fois en l’espace de 72 heures, les affres de l’oppression perpétrée par des soldats camerounais, qui ont profité du fait que les attentions étaient captivées par la fête, pour aller y commettre des horreurs.
Au moins 29 habitations ont été incendiées dans ce village dans la journée du 20 mai, y compris la résidence du père de l’actuel Secrétaire Général Adjoint N° 2 de l’Assemblée Nationale du Cameroun, Godwill Okia Mukete.
Pourtant, de sources très sûres, Cameroonvoice a appris que quatre jours auparavant, lors du premier passage de l’armé qui a fait 6 morts parmi les civils de ce village et 1 mort parmi les militaires, monsieur Godwill Okia Mukete aurait contacté des responsables de l’armée en mission dans la région du Sud-ouest, pour leur suggérer de faire tout ce qu’ils estimaient nécessaire de faire pour discipliner les populations, mais de ne pas incendier les maisons comme les militaires l’avaient fait ce jour au village Lepenja Barombi. Il avait formulé ene demande identique quelques semaines plus tôt quand de présumés sécessionnistes avaient envahi sa propre résidence de campagne, et avait été écouté, puisque l’évacuation des assaillants aurait été obtenue par la négociation.
Cette fois-ci, cela n’a pas été le cas, parce que visiblement l’armée n’a pas digéré le fait que l’un des leurs ait été tué à l’aide d’un fusil de chasse par un garçon d’environ 14 ans qui vengeait ainsi un de ses parents abattu  quelques heures auparavant par des militaires.
L’incendie en plein 20 mai du village Ngolo Metoko ne vient pas seulement montrer que le gouvernement camerounais et son armée sont désormais arrivés à un point de non retour qui consiste à juguler le problème anglophone par la méthode de l’éradication complète de cette minorité, mais porte aussi à 75 le nombre de villages brulés.
En effet, une mise à jour de la liste des villages anglophones incendiés montre que ce ne sont pas seulement 61 villages qui ont été passés par le feu comme l’indiquait samedi un communiqué publié par l’avocat et défenseur des droits de l’homme Felix Agbor Balla Nkongho, mais bel et bien 73 (voire liste en fin de page). En y ajoutant les villages Lepenja Barombi incendié jeudi et   Ngolo Metoko, dimanche, on a un total de 75 villages brulés et par conséquent désertés par leurs habitants.
Dans une interview qu’il a accordée récemment à l’AFP, Le General Donatien Melingui Nouma, Commandant de la 21e Brigade d’infanterie motorisée avait d’ailleurs reconnu les exactions commises par les militaires, en indiquant que l’armée avait certes  incendié des habitations,  mais que ces opérations avaient pour but de détruire les caches d’armes sécessionnistes : “Nous n’incendions que des maisons où on découvre des armes”. Quelques semaines après, ce général a été limogé de la 21ème BIM et renvoyé aux services centraux du ministère de la Défense à Yaoundé.
Si la raison évoquée par des médias locaux penche pour  des dysfonctionnements opérationnels ayant empêché l’armée d’obtenir des résultats probants face aux sécessionnistes, des observateurs font plutôt le lien entre ce limogeage et les déclarations de l’officier général à un média étranger.
Ils ajoutent que la tête du Général aurait été demandée et obtenue par le ministre qui ne lui a pas pardonné l’indiscipline de certains soldats affectés au front de la guerre contre les séparatistes, qui ont révélé il y a trois mois, les dessous de cette guerre, en faisant savoir que le ministre de la Défense tirait ses marrons du feu de cette affaire en complicité avec certains pontes du sérail, en faisant perdurer la crise pour se faire beaucoup d’argent.
Le ministre Beti Assomo prendrait des décisions en matière de décaissements des fonds sans suivre les règles nationales en matière de financement des combats,  et  se défend en affirmant que le pays étant en guerre, la volonté du chef de l’Etat d’en finir avec les sécessionnistes ne serait pas traduite dans les faits s’il fallait suivre les procédures.
Liste des  villages brûlés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au 18 mai 2018*
1. Kembong ( 1er village brûlé le 18 décembre 2017)
2. Kwakwa ( 2e village brûlé, 4Jan.2018 )
3.Bole Bakundu
4.Dipenda Bakundu
5.Big Ngwandi
6.Bakumba
7.Bokosso
8.Nake
9.Kombone Mission
10.Kake I
11.Kake II
12.Bekondo
13.Big Massaka
14.Nganjo
15.Foe Bakundu
16.Ekombe
17.Small Ekombe
18.Ediki
19.Kuke
20.Ebonji
21.Etam
22.Nguti
23.Mongo Ndor
24.Bello
25.Anjang
26.Angin
27.Anyagwa
28.Azi
29.Kumbo
30.Doti Nobi
31.Kugwe
32.Ambo
33.Efah
34.Kumku
35.Ashong
36.Ngie
37. Boa Bakundu
38.Ejeke
39.Mbene
40.Bati-Numba
41.Kajifu
42.Dadi
43.Gurifen
44.Munyenge
45.Bafia
46.Ekwe
47.Kumbe-Balue
48.Ekona
49.Batibo
50.Bafut
51.Mbalangi
52.Oshie
53.Baingo
54.Bombele Mbonge
55.Kumu Kumu
56.Bangele
57.Konye
58.Guzang
59.Widikum
60.Babadiehka
61. Tadu
62. Djottin
63.Bai-Kuke
64.Djitchami
65. Bessi
66. Munyenge
67. Dikomi Bafaw
68. Ikata
69. Baba Ekombe Water Fall With A Total Number Of 11 Persons Killed By Cameroun Colonial Military
70. Babensi 1- Nguti Sub County, Kupe Muniguba County
71. Mofako butu
72. Wone, in Meme. burnt on March 31st 2018
73. Mombo
* Il faut y ajouter
74. Lepenja Barombi (le 16 mai)
75. Ngolo Metoko (20 mai)
Natondi K. et Sam Mayem

: Afrique Monde

In the Spotlight

Philippines : Le bilan du typhon Mangkhut monte à 81 morts

by Babacar Diop in International 0

138SHARESShareTweet Le bilan du puissant typhon qui a déferlé sur les Philippines s’est aggravé à 81 morts et pourrait encore monter, ont annoncé les autorités mercredi alors que les secouristes recherchaient toujours des dizaines de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*