Cameroun : Le correspondant de RFI Ahmed Abba condamné en appel à 24 mois de prison

« Ahmed Abba est libérable », annonce ce jeudi 21 décembre RFI sur son site internet. Condamné en appel à deux ans de prison, le correspondant en langue haoussa de la radio a déjà passé plus de 29 mois derrière les barreaux.

Ahmed Abba avait été arrêté le 30 juillet 2015, alors qu’il travaillait dans la région de l’Extrême-Nord, où sévissent les jihadistes de Boko Haram. Accusé d’avoir « collaboré » avec le groupe terroriste, il risquait la peine de mort en vertu d’une loi très controversée de décembre 2014.
Un dossier judiciaire « vide »

Le 24 avril dernier, le tribunal l’avait finalement condamné en première instance à 10 ans de prison ferme et une amende d’environ 85 000 euros, pour « non-dénonciation d’un acte terroriste » et « blanchiment du produit d’un acte terroriste ». Ce dernier chef d’accusation a finalement été écarté en appel.

En juillet dernier, le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, avait qualifié le dossier judiciaire de « vide ». « Ahmed Abba n’a rien à faire derrière les barreaux, avait-il alors déclaré dans un communiqué. Ce harcèlement judiciaire reflète la crispation des autorités camerounaises vis-à-vis de la presse sacrifiée sur l’autel de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. »

Jeune afrique

In the Spotlight

BOYCOTT DE LA PRÉSIDENTIELLE : MADICKÉ NIANG SE DÉMARQUE

by James Dillinger in A LA UNE 0

Me Madické Niang, candidat de la coalition Madické 2019, n’est pas d’accord avec le boycott de l’élection présidentielle du 24 février agité un temps par l’opposition. L’opposant et ancien membre du Comité directeur (CD) du [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*