CAMPAGNE – Lutte contre la poliomyélite : Les efforts menés par l’Unicef ont permis de protéger des millions d’enfants

Lutte contre la poliomyélite
Lutte contre la poliomyélite

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la polio, l’Unicef a axé sa communication sur la campagne qui a permis de protéger des millions d’enfants.

De même, de multiples flambées de polio ont été enrayées au cours des 26 dernières années. Se réjouissant de ces résultats, l’Unicef soutient que des objectifs les plus ambitieux peuvent être atteints.

Les efforts, menés ces dernières années partout dans le monde pour éradiquer la poliomyélite, ont permis de protéger environ un millier d’enfants contre divers handicaps.

Selon un communiqué de l’Unicef publié à l’occasion de la Journée mondiale contre la polio, «cette campagne mondiale a permis de vacciner des millions d’enfants auxquels on n’avait jamais eu accès jusqu’alors».

«Quelques 10 millions de personnes auraient été paralysées sans cet effort qui a permis en outre de sauver 1,5 million de vies grâce à l’administration de vitamine A lors des campagnes de vaccination contre la polio», a-t-on fait savoir.

On précise dans ce document que «le nombre annuel de cas de polio a plongé, passant de 350 000 en 1988 à 416 en 2013 et à 243 jusqu’à présent et cette année une chute extraordinaire de plus de 99 %».

Selon cette organisation, tous les pays où la polio était solidement ancrée sauf l’Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan ont éliminé le virus à l’intérieur de leurs frontières. «Et de multiples flambées de polio ont été enrayées au cours des 26 dernières années», a-t-on ajouté.

«La polio reste un risque pour les pays qui n’ont pas donné la priorité à la vaccination de routine»
Malgré ces bons points marqués dans la lutte contre cette pandémie, l’Unicef soutient que «si la polio ne reste endémique que dans trois pays, elle représente toujours un risque pour les enfants du monde entier, surtout dans les pays qui n’ont pas donné la priorité à la vaccination de routine, comme le Soudan du Sud, la Ré­publique centrafricaine et l’U­kraine». «Les flambées apparues en Syrie, en Iraq, au Cameroun, en Guinée équatoriale et en So­malie, trouvent leur origine au Pakistan et au Nigéria», a-t-on déclaré.

Nonobstant ces résistances, l’Unicef est convaincu que les objectifs les plus ambitieux peuvent être atteints dans la lutte contre la poliomyélite. Car, d’après cette organisation, «en 1988, la polio était une des principales causes d’invalidité chez les enfants mais depuis lors dans tous les pays une génération d’enfants a grandi sans redouter le spectre de la polio».

A ce propos, le directeur général de l’Unicef a déclaré que «le succès de cet effort d’éradication, atteindre certaines des communautés les plus défavorisées dans certaines des circonstances les plus dangereuses prouve qu’il est possible d’atteindre tous les enfants». «Le Nigéria n’a affiché que 6 cas de polio cette année, contre 49 en 2013.

L’Afghanistan a réussi à réduire la transmission à des niveaux très bas et la plupart de ses cas sont liés au Pakistan. Avec 206 cas déjà signalés pour cette année, le Pakistan est désormais le plus gros réservoir de polio du monde», a-t-on informé dans le document.

Par ailleurs, on soutient que «l’Unicef achète chaque année 1,7 milliard de doses de vaccin antipoliomyélitique oral à destination de 500 millions d’enfants». Ce travail de mobilisation sociale accompli par l’Unicef contribue à persuader les familles d’accepter le vaccin lorsqu’on le leur présente.

«Les efforts acharnés déployés au cours de la dernière décennie ont permis de faire accepter le vaccin contre la polio comme jamais auparavant dans les pays où la polio reste endémique», a-t-on ajouté.

  • Écrit par  Dieynaba KANE

dkane@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*