CAN 2015 ALAIN GIRESSE JUGE SES JOUEURS

Alain Giresse conferencepresseComme en 2012 avec Amara Traoré, Alain Giresse a accepté pour Sud Quotidien, de se soumettre à un exercice, pas du tout aisé. Celui de porter un jugement sur chacun de ses éléments. Mais, mieux que l’ entraineur du Jaraaf de Dakar, le technicien français, dresse un portrait robot aussi bien des joueurs retenus pour la CAN 2015 que pour les «recalés» et «bannis».

BOUNA COUNDOUL :
C’est un garçon qui a de l’expérience qui maitrise maintenant son poste dans un secteur où il faut avoir beaucoup d’expérience. Il est dans sa bonne période de progression.
 
PAPE DEMBA CAMARA : 
C’est un jeune  gardien et en pleine progression. Il lui  manque des matches à répétition parce qu’il n’est toujours pas titulaire avec son club Sochaux pour prendre encore une dimension supplémentaire.  
 
LYS GOMIS : 
C’est un garçon très dynamique dans le sens du jeu. Il est actif, mais quand même il faut qu’il canalise son énergie car, il est trop sanguin. De ce fait, il doit mesurer sa capacité et savoir comment se comporter avec maitrise.
 
ZARGO TOURE : 
Un joueur d’équipe c’est-à-dire qu’il est discipliné et respecte les consignes. Il a la capacité aussi de jouer comme latéral sans que ça lui pose de problème. Donc, il nous donne des solutions et c’est pourquoi, il est intéressant dans le groupe.
 
KARA MBODJ : 
C’est un pilier de la défense. Un défenseur a toute sa dimension. Il est là pour défendre et préserver les buts de son équipe dans toute situation. C’est le premier rôle d’un défenseur et il le fait avec beaucoup d’efficacité. En plus, il a une bonne  relance et on voit qu’il prend confiance. 
 
PAPY DJILOBODJ : 
Je lui mettrais dans le même type de compliment et jugement que Kara Mbodj. En plus, Djilo est un gaucher et il nous donne beaucoup de solutions. C’est l’avantage d’un axe central gaucher. Il doit continuer à prendre confiance et améliorer toute l’attention pour bien remplir son poste. Etre défenseur, malheureusement, ne laisse pas de place à la moindre fantaisie
 
PAPE NDIAYE SOUARE : 
Un latéral gauche qui a la capacité de s’adapter à n’importe quel système grâce à son pied gauche. Il peut sortir des ballons propres avec son pied gauche. Mais, il faut qu’il se canalise dans ses interventions défensives. Parce qu’il est aussi plein de dynamisme dans son jeu, ses interventions.
 
CHEIKH MBENGUE : 
C’est un défenseur sérieux, appliqué car il a retrouvé beaucoup d’alarme dans son jeu. C’est un joueur sur lequel on peut compter à son poste. C’est vraiment des garçons qui sont sûrs dans l’esprit du jeu. 
 
LAMINE SANE : 
C’est un joueur qui vient de prendre une dimension supplémentaire avec son nouveau statut de capitaine à Bordeaux. Maintenant, on le sent plus affirmé. Il a une grosse qualité de vitesse pour un défenseur. Ça, c’est un atout.  C’est un défenseur vraiment  de haut niveau. On est dans la régularité. On est sur les joueurs qui prennent de l’ampleur dans le jeu. Un joueur ne se juge pas sur un match mais sur la durée et Lamine en fait partie. Idem pour Kara et Djilobodji.
 
IDRISSA GANA GUEYE : 
C’est le milieu type, c’est-à-dire un garçon qui est toujours en activité, dans le pressing et c’est ce qu’on recherche au milieu. Il a un gros volume de jeu. Ça lui donne une possibilité tout un coup de venir dans le jeu offensif et d’apporter sa touche. Mais, il est encore en train de gravir des échelons pour mieux maitriser son tempérament de milieu et de mieux maitriser son agressivité.
 
STEPHANE BADJI : 
Je l’appelle joueur d’équipe. Il est toujours disponible dans le jeu avec beaucoup d’agressivité, d’engagement. C’est vraiment un joueur dans le registre milieu de terrain, qu’une équipe à toujours besoin. Il faut aussi qu’il se canalise car, il va un peu partout.
 
PAPE KOULI DIOP : 
C’est un bon joueur de football comme on dit. C’est-à-dire qu’il a une capacité à donner dans un match, à garder un ballon, si c’est le cas, mais aussi à le donner au bon moment. Il donne du rythme avec une belle qualité de frappe. C’est vraiment un milieu qui organise le jeu de son équipe.
 
ALFRED NDIAYE : 
Il est bon dans la récupération, dans l’intervention, il a une puissance physique. C’est un gros travailleur. Attention, il doit se maitriser dès fois avec sa puissance physique qui l’emporte.
 
SALIF SANE : 
Un joueur de grande gabarie. Il est physique et il y a une possibilité technique assez élevée. C’est un bon joueur et un milieu, même si on pensait dans ce poste qu’il y aura des difficultés. Il est encore jeune et a tout à exploiter dans ses possibilités. Il n’est pas encore au bout de son potentiel. 
 
SADIO MANE : 
C’est l’attaquant qui, à peut tout moment faire la différence sur un geste, action ou un dribble. En plus, il peut éliminer une défense. C’est un joueur imprévisible. C’est-à-dire, il nous permet de déclencher la situation sans faire appel à l’aspect technique. Sur une action individuelle, il peut faire la différence. Il doit maintenant savoir quand est-ce qu’il doit faire une passe ou un dribble.
 
MAME BIRAM DIOUF : 
L’avant centre fixateur avec beaucoup de disponibilité, de déplacement. Il a un timing aéré impressionnant, c’est vraiment quelqu’un qui donne des solutions à son équipe. Mais, il est tellement généreux dans ses efforts qu’à un moment donné, qu’un attaquant doit savoir où le trouver et y être au moment important.
 
MOUSSA SOW : 
Un attaquant qui pèse. Il est moins axial surtout de la largeur du terrain, capable de jouer sur le coté et dans l’axe. Sa force, c’est ses appels, ses déplacements, son jeu vers l’avant et puis il a un très beau jeu aérien. Il sait couper la trajectoire des ballons. C’est déjà un attaquant qui a des bagages. Maintenant, il faut qu’il prenne les matches avec beaucoup de décision et de conviction.
 
DAME NDOYE : 
C’est quelqu’un qui est capable, à tout moment, de faire la différence dans un match. Il a des qualités techniques et athlétiques. Après, à un moment donné, il peut passer d’un très bon match à un match moins bon. C’est une forme d’irrégularité qui lui appartient parce que ce n’est pas un problème de qualité..
 
PAPIS DEMBA CISSE : 
C’est un buteur pour un attaquant qui a une grosse qualité technique. Il a de la présence, il peut sentir les ballons et être là au bon moment pour marquer. C’est ce qu’il est en train de faire, en équipe nationale, il a quand même marqué beaucoup de but. C’est un signe vraiment qu’il est l’attaquant au registre assez étendu. Mais, il doit maintenir son niveau d’efficacité, dans son registre à lui. C’est plus des chiffres, des statistiques. On juge leur qualité par le nombre de buts marqués.
 
DIAFRA SAKHO :
Il est en train de découvrir le haut niveau, de s’affirmer et il faut que ça continue. Il a une grosse puissance physique, il a aussi une capacité de percuter une défense. Sa grosse présence lui permet d’être en point d’appui et de toujours user de la défense adverse. Ses déplacements, sa présence, il est bon aérien. C’est un joueur qui fatigue l’adversaire dans son jeu.
 
LES RECALES
 
BOUKARY DRAME : On est encore dans le registre des arrières gauches. C’est des postes très spécifiques. En changeant de club, il a un peu retrouvé ses marques. Et là il nous donne d’autres possibilités car c’est un pur gaucher avec beaucoup d’alarmes offensives. Il faut qu’il pense encore à défendre mais c’est quelqu’un quand même quand on joue comme arrière gauche dans un champion comme l’Italie. Cela démontre qu’on a la capacité de remplir son rôle en équipe nationale.
 
PAPE ALIOUNE NDIAYE :  C’est un joueur à devenir, un milieu de terrain qui a des qualités offensives. Il a des arguments sur le plan offensif. S’il avait la chance de sortir dans le championnat norvégien pour monter son savoir faire il peut être intéressant car il peut jouer sur les cotés. Déjà, c’est quelque chose rare en équipe nationale. Donc, c’est un bon joueur de football qui sait manier le ballon. Après il faut qu’il progresse à travers les compétitions qu’il est appelé à faire.
 
LES «BANNIS»
 
ISSA CISSOKO : 
Un bon latéral offensif c’est-à-dire il s’est remplir bien son rôle.  Il a des capacités de faire sortir les ballons et il a des qualités de centre aussi. Mais dans son positionnement tactique, il doit être beaucoup concentré sur le travail qu’il a à faire quand on est un latéral.  
 
DEMBA BA : 
C’est l’attaquant, le percuteur qui joue vraiment à la pointe de l’attaque. Il a des qualités athlétiques sur ses déplacements, sa prise d’espace et puis sur la finition. Il est dans le registre des attaquants types de pointe et il ne peut jouer que dans l’axe. Parce que ses qualités et attitudes tournent autour de l’axe central.
 
ECHOS de la CAN
 
JOURNEE SANS PRESSE : Alain Giresse a déclaré journée sans presse dans la Tanière hier, mercredi 21 janvier. Le technicien français a juste permis aux journalistes d’assister à la séance d’entraînement des Lions sur le terrain d’Oyala. Mais, à la fin de la séance où les joueurs ont procédé à plusieurs combinaisons pour mieux préparer l’AfSud, le sélectionneur national leur a intimé l’ordre de rejoindre leur bus sans piper mot. Lui non plus ! 
 
JOURNEE SANS PRESSE BIS : Si l’ancien meneur de jeu des Bleus en a décidé ainsi c’est parce qu’estiment certaine, il avait parlé aux médias lundi le jour du match contre le Ghana mais aussi le lendemain. Et dans la mesure, il a l’obligation de tenir un point de presse ce jeudi, veille de match contre l’AfSud, il a choisi d’attendre le jour J. Une stratégie de com’ que beaucoup d’envoyés spéciaux ne comprennent ou n’approuvent pas. 
 
JOURNALISTES PERDUS : Pour se rendre au terrain d’entraînement des Lions, des journalistes qui avaient loué un bus ce sont égarés en cours de route. Après plus d’une heure de route, ils se sont rendu compte qu’ils étaient perdus dans la nature équato-guinéenne. Ils sont été sauvés par des Mauritaniens avec l’appui de Papsi Badji, vice-consul du Sénégal en Guinée Equatoriale et bien sûr Amadou Kane, l’homme de tous les dossiers de la Fsf. 
 
ORANGE : Le staff de communication et de marketing de Sonatel Orange du Sénégal (Pub gratuit) a rendu visite aux journalistes sénégalais envoyés spéciaux de la CAN 2015, hier mercredi 21 janvier. L’équipe de Mme Niang a offert 20 kits aux reporters qui étaient au nombre de 59. Pour départager, l’ANPS a décidé de procéder par organe. Seulement là aussi, il s’est trouvé qu’il y a 21 organes de presse. 
 
DEJEUNER DE PRESSE : L’Association nationale de la presse sportive sénégalaise va offrir trois jours de déjeuner aux envoyés spéciaux. Ce sera les jeudi, vendredi et samedi.

Abdoulaye THIAM

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*