Candidat du PDS 2017 : Me Abdoulaye Wade opte pour un congrès consensuel

7234128-11107794Le choix de Karim Wade comme candidat du Parti démocratique sénégalais (Pds) à la présidentielle de 2017 a fini de créer un climat de suspicions au sein de la formation libérale.

D’ailleurs, cela explique les sorties de certains responsables contre Babacar Gaye qui vote pour le fils de Me Abdoulaye Wade. Mais, selon des sources de Libération, Me Abdoulaye Wade opterait pour un Congrès «consensuel».

Au sein du Parti démocratique sénégalais (Pds), la question liée à la candidature de Karim Wade à la présidentielle de 2017 est source d’une vive polémique entre responsables.

Les sorties respectives de Babacar Gaye, porte-parole de ladite formation politique, ou encore de Serigne Mbacké Ndiaye pour porter leur choix sur le fils de Me Abdoulaye Wade, ont fini d’irriter l’ancien Premier ministre, Souleymane Ndéné N’diaye.

Pour ce dernier, Me Abdoulaye Wade «ne peur choisir ni son fils, ni personne d’autre». Seulement, des sources de Libération confirment que le Secrétaire général national du Pds opterait pour un Congrès «consensuel».

En effet, à en croire nos interlocuteurs, «à plusieurs occasions, Me Abdoulaye Wade a carrément indiqué à certains de ses lieutenants qu’il n’était pas question de trancher le débat de manière unilatérale car, récemment, il eu à faire savoir que le candidat du parti en 2017 sera choisi sur la base d’un Congrès, même si par ailleurs, il faut reconnaître que c’est naturellement que nombre de militants à la base ont déjà choisi son fils pour être notre candidat en 2017».

Toutes considérations qui poussent nos sources à défendre que leur mentor «n’a jamais dit de manière officielle que son fils sera le candidat du Pds et qu’il ne commettra jamais l’erreur en faisant du forcing».

Est-ce que pour autant le choix du candidat de l’ancien parti au pouvoir se fera de manière démocratique ? En tout cas dans les cercles libéraux, le débat est posé poussant d’anciens proches de Me Wade à ruer dans les brancards parce que soupçonnant un potentiel «coup d’Etat» qui éliminerait tout le monde et porterait en triomphe l’un des plus célèbres détenus de l’histoire politique du Sénégal, Karim Meissa Wade.

Libération

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*